05/05/2009

" Mes échecs sexuels "

media_xl_907157

Le Britannique Chris Waitt est son propre cobaye dans "Toute l'histoire de mes échecs sexuels", un documentaire qui sort mercredi en salles et relate crûment, avec une irrésistible drôlerie, ses déboires avec les femmes.

Hasard ou coïncidence ? L'idée de départ du film - un trentenaire part à la recherche de ses ex-petites amies pour élucider les raisons de ses échecs sentimentaux à répétition -, semble empruntée au livre du romancier Nick Hornby et adapté au cinéma, "Haute fidélité". Mais à la différence du roman, la fiction n'a pas sa place dans "Toute l'histoire de mes échecs sexuels" qui selon son réalisateur est né d'une interrogation intime : "Pourquoi toutes mes copines m'ont-elles largué ?"

Il débarque chez d'anciens flirts
Et aucune des séquences du film n'a été mise en scène au préalable, assure Waitt qui a débarqué, suivi de son caméraman, chez d'anciens flirts datant indifféremment de la fac ou de l'école primaire, dans un tournage coup de poing façon Michael Moore... avec à la clé trois poursuites judiciaires.

Filmé face caméra dans son appartement - envahi par le désordre et la crasse comme le fait remarquer sa mère lors d'une impitoyable inspection - il expose au spectateur ses interrogations, ses doutes et ses pistes d'enquête. N'épargnant aucune des humiliations, pour la plupart cocasses, subies par Chris le héros-réalisateur-narrateur au fil des confessions lapidaires arrachées à ses ex, le propos du documentaire prend vite un tour très intime.

Lâche, menteur, égoïste
Décrit comme lâche, menteur, égoïste, "émotionnellement immature" et sexuellement quasi inactif, le héros laisse bientôt pointer, sur un mode comique, une certaine détresse. Il prend toutefois sa revanche symbolique lors d'une séquence montrant une rafale de rendez-vous pris sur internet, où les candidates à l'amour ne semblent pas, de leur côté, exemptes de névroses.

Mais grâce à ses qualités de réalisation, "Toute l'histoire de mes échecs sexuels" ne sombre jamais dans le voyeurisme d'une émission de télé-réalité ou d'une séquence de vidéo amateur, même lorsqu'il explore les problèmes érectiles de Chris ou s'attarde sur une séance de sado-masochisme expérimental.

Loufoque au départ, tant dans sa conception que ses modalités pratiques, le projet du réalisateur se révèle au final moins anecdotique que prévu, dessinant une cartographie sentimentale qui interpelle le spectateur.

Beaux portraits de femmes
Le film ébauche aussi de beaux portraits de femmes, en particulier celui de Vicky - seul vrai amour de Chris - sur lequel il se clôt, non sans nostalgie. "Toute l'histoire de mes échecs sexuels" a été sélectionné par les festivals de cinéma indépendant de Sundance aux Etats-Unis et de cinéma britannique de Dinard en France. 

( Source : AFP ) 

14:32 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : echec, sex, sexuel |  Facebook |

26/02/2009

Une femme sur 4 ne se masturbe pas !

large_827921

Une femme sur quatre ayant participé à notre enquête sur votre vie sexuelle ne se masturbe jamais. Celles qui optent pour les plaisirs en solo le font dans leur lit (27%) ou à l'aide d'un sex-toy (20%). Les hommes préfèrent s'y adonner devant un porno (42%), dans leur lit (16%) ou sous la douche (16%). Les livres ou les toilettes publiques ne sont pas très populaires pour ce genre d'activité (1 à 3%).

Vous avez été 20.754 surfers - dont 1.244 francophones) à répondre à notre enquête 7sur7-Pabo "Quel coquin êtes-vous?", dont 14.576 hommes et 6.178 femmes. 2.000 participants avaient moins de 20 ans, et 611 avaient plus de 60 ans.

Curiosité ou sagesse?

La moitié (51%) se déclare "curieux" en matière sexuelle, et ce, quel que soit l'âge. 30% se disent "audacieux" tandis que 15% se déclarent "sages". Un petit 4% se considère comme "expert" en la matière. Mais est-ce que cela se vérifie dans les faits? Les hommes aiment tester de nouvelles expériences mais dans une certaine limite tout de même.

La moitié affirme également pratiquer plusieurs fois par semaine. Par contre, les femmes semblent plus actives puisqu'elles sont 59% à déclarer faire l'amour plusieurs fois par semaine, contre seulement 47% des hommes. 18% des sondés quelques fois par mois, 16% une fois par semaine, mais vous n'êtes que 6% à vous envoyer en l'air tous les jours. 5% quelques fois par ans et 2% jamais ou rarement.

45% - hommes comme femmes - se disent satisfaits de cette fréquence, mais ne seraient pas contre un peu plus de , 30% n'en veulent pas plus, ni moins (en particulier chez les plus de 60 ans). Un quart préférerait vraiment augmenter la fréquence et personne ne souhaite ne faire moins. Concernant la période, la majorité ne calcule pas, c'est quand vous voulez! En particulier, ces messieurs qui sont 57% à n'avoir aucune restriction d'heure ou de planning. 27% des participants sont définitivement du soir et 9% sont plutôt du matin. 6% se réservent pour le week-end.

C'est l'amour à la plage...
Ah, l'amour à la plage ou dans l'herbe, voilà qui vous donne des envies ! 45% déclarent que la plage ou la nature est le lieu le plus fou où ils ont batifolé. Viennent ensuite la voiture (pour 14%) et une pièce autre que la chambre de la maison (8%). 6% sont des inconditionnels du lit, alors que 6% avouent avoir testé leur lieu de travail. 6% ont osé s'étreindre sous le toit de leurs beaux-parents et 5% dans des toilettes publiques.

En tout cas un tiers profitent le plus de ces moments lorsque ces ébats sont inattendus, suivis de ceux (surtout celles) qui aiment prendre leur temps (31%). Restent ceux qui aiment se faire dorloter (9%), ceux qui profitent de l'absence de leurs enfants (8%) et ceux qui atteignent l'orgasme (7%).

Comment?
Parce que ce n'est pas tout de savoir où, encore faut-il varier les plaisirs. Alors, dans quelle position partez-vous au septième ciel ? 39% se disent « sans limite », 20% préfèrent voir la femme au-dessus (contre 9% pour les hommes dans cette position) et vous êtes 14% à apprécier la levrette. 5% optent pour le 69, 4% le sexe oral, 3% le sexe anal et 1% debout.

Avec qui?

Vous êtes 26% à avoir eu entre 5 et 10 partenaires sexuels, contre 21% à n'avoir partagé sa couche qu'avec une seule et même personne. 10% en compte entre 10 et 20 et 8% en ont eu plus de 20.

Près de deux tiers des répondants affirment qu'ils ne tromperont jamais leur moitié, alors que 20% sont déjà passés à l'acte.

Avec quoi?
L'heure des sex-toys a sonné, vous êtes 21% à en utiliser plusieurs, 17% à opter pour le godemiché et 16% a vous caresser grâce à l'huile de massage. Ce sont surtout les femmes qui osent tester en premier ces fameux jouets. 29% des sondés n'ont pas encore osé passer le cap mais comptent bien s'y essayer d'ici peu tandis que 9% sont totalement contre cette idée.

Au rang des fantasmes, vous êtes 33% à vous imaginer dans une partie de jambes en l'air à trois (plus particulièrement les hommes) tandis qu'un quart préfèrent exercer leur talent de comédien à travers des jeux de rôles (surtout pour les moins de 20 ans et les plus de 60 ans). 11% rêvent d'un homme ou d'une femme plus âgée ou plus jeune. Les femmes fantasment également sur... les femmes (14%). Les relations avec les collègues/patrons (4%), les simulations de viol (4%) et le sado-masochisme (3%) sont les moins populaires.

Techniques de séduction
Pour séduire votre partenaire, près d'un tiers font glisser leurs doigts sur leur corps pour un massage sensuel, près d'un quart font confiance à leurs baisers fougueux, 14% pavoisent en lingerie fine, 10% se laissent faire et 9% envoient des messages coquins. Les repas, les strip-tease et les cadeaux coquins ferment la marche.

Concernant les zones les plus érogènes, vous avez été 60% à voter pour les zones intimes (chez les hommes plus spécifiquement). Suivent les tétons (13%), le cou (10%), le lobe de l'oreille (7%) et les cuisses (6%).

Satisfaction

Au final, vous êtes une majorité (53%) à être satisfaits de votre vie sexuelle même si on peut toujours faire mieux. 22% à être totalement contents (surtout les femmes). Le reste des votants n'étant pas satisfaits de leur relation. ( Source : 7sur7.be ) 

18:20 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sex, masturbation, femme, sexuel |  Facebook |

15/01/2009

Les bides sexuels ...

large_742701

Qui n'a jamais été gêné en pleine course à l'orgasme? Un geste mal maîtrisé, une posture bancale, un mot de trop... Autant de petits - ou grands - moments d'embarras qui vous feront parfois rire, parfois mourir de honte. Allez, c'est pas grave, ça peut arriver à tout le monde. Petit tour d'horizon de ces grands moments de solitude...

Maladresses

On a beau essayé d'avoir l'air sexy et sensuel, nos efforts ne paient pas toujours et on a parfois l'impression de suivre un entraînement chez les para-commandos. Un coup de coude par-ci, un coup de boule par-là, c'est qu'on se ferait mal avec tout ça. En plus, ce genre d'inconvénients arrivent généralement lors des premiers ébats, quand on est déjà un peu mal à l'aise. Evidemment, il ne s'agit que d'un peu de maladresse et mieux vaut ne pas s'y attarder, pour éviter une vraie gêne franchement inutile.

Flagrant délit
On croit que ça n'arrive qu'aux adolescents, mais c'est un danger auquel nombre d'entre nous sommes confrontés: quand les enfants débarquent plus tôt que prévu, quand vous êtes en pleine réjouissance dans la voiture et que le monsieur qui habite au bout du petit chemin de terre vient frapper à votre vitre ("oui, oui, il y a bien une maison au bout"), quand vos parents viennent vous faire un petit coucou et passent par la porte de derrière parce que c'est plus facile, quand vous n'avez pas fermé la fenêtre et que votre voisin n'en ont pas louper une seconde (son regard malicieux et son sourire moquer en disent suffisamment), etc.

Ces petits bruits assourdissants

S'il a bien une chose qu'on ne nous apprend ni dans les cours d'éducation sexuelle ou ni dans les films (même les plus coquins), ce sont les magnifiques bruits que nos corps enlacés peuvent produire. On a beau essayé de ne pas les écouter, on les entend et ça nous crispe. Impossibles à éviter, mieux vaut s'en accommoder et mettre une musique de fond, ça ne camouflera pas tout, mais ça aidera à rester dans l'ambiance.

Problèmes de digestion ?
Les petits restos romantiques, c'est bien sympa, encore faut-il avoir le temps de digérer avant d'atteindre l'orgasme. Il ne s'agit pas d'un manque de bonne volonté mais le corps a ses raisons que notre excitation n'imagine pas et là, on arrive vite à des situations embarrassantes: les bruits de digestion, ça passe encore, mais un renvoi en pleine figure pendant un baiser fougueux, ça le fait moyen. D'accord, c'est un petit accident de parcours et mieux vaut en rire et s'excuser.

Pour ce qui est du pet, si le fou-rire est garanti, mieux vous excuser. Une chose est sûre: si vous niez, votre belle vous prendra seulement pour un gros porc et votre liaison risque fort de se terminer sur cette malencontreuse histoire. Dans un autre genre, si vous êtes malade, mieux vaut filer aux toilettes que vomir sur votre partenaire... (certains n'osent pas, si, si...).

Communication

Communiquer dans un couple, c'est essentiel, mais pendant une partie de jambes en l'air, ça peut devenir incongru. On évite donc de prononcer un autre prénom (le goujat), on évite aussi d'être trop salasse si on tente le dirty talk (en tout cas si c'est la première fois, laissez-lui le temps de s'habituer). On évite aussi de parler de trucs sérieux: un "t'as pensé à payer le loyer?" ou un "tu m'as acheté de l'après-rasage?" n'ont rien à faire ici, là, maintenant (en plus pour une fois que vous pensez aux détails pratiques de la vie courante...).

Excès de motivation
Vous en êtes au début de votre relation? Evitez de sortir votre déguisement de Superman dès le deuxième soir, ou de sortir votre panoplie de sex toys en les présentant par leurs petits noms. On joue pas à G.I. Joe... Mieux vaut révéler vos surprises au fur et à mesure pour éviter d'effrayer cette demoiselle.

Manque d'effets
Ah... ces moments de solitude où il pense avoir accompli l'exploit sexuel de l'année alors qu'elle n'a pas encore compris que ça avait commencé. Gros malaise. En général, dans les ébats peu motivants, la fille simule et le garçon n'y voit que du feu, mais dans ce genre de cas extrême, comment expliquer l'absence du moindre soupir de plaisir? Euh... Pompompom...

Alors, les bonnes menteuses trouveront une excuse bidon (pour partir ou changer de discussion), les autres seront rouge de honte et feront subir à ce pauvre garçon la gêne de sa vie. Attention! Les soucis de panne ne sont pas à mettre dans cette catégorie: les émotions, la fatigue... On sait que ça arrive et il n'y a rien de dramatique à cela (sauf si c'est quinze fois de suite, là il va falloir penser à consulter).

Chutes et blessures graves

Parfois, dans le feu de l'action, on en vient à jouer à des jeux dangereux ou en tout cas on se lance dans des situations bancales et là... c'est la chute. Certaines sont sans gravité, elles coupent un peu le rythme mais ça ne va pas plus loin. D'autres par contre se révèlent douloureuses. Et franchement, arriver à choper son téléphone, appeler les secours et finir aux urgences, ça n'a rien de très agréable. Ici, on est pas juste gêné, on est honteux et on souffre. Une histoire qui sera certainement drôle à raconter dans quelques années, mais qui sera horrible à vivre.

Evidemment, ces moments sont monnaie courante et mieux vaut ne pas en faire une montagne, prenez-le avec le sourire et relancez-vous dans l'action, ça vous aidera à oublier.

Un article de : Caroline Albert ( 7sur7.be ) 

18:21 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : couple, sexuel, bide, sex, sexy |  Facebook |