14/05/2009

Le cunnilingus... Pourquoi ils l'esquivent ?

media_l_914412

La nuit est torride et l'apollon avec qui vous partagez vos draps pour la nuit est décidément hot hot hot... Tellement chaude ambiance et cohésion des phéromones que transportée par votre vague de baisers fougueux, vos lèvres descendent descendent descendent jusqu'aux attributs de votre partenaire. Après tout, pourquoi pas, vous voyez cela comme un signe d'intimité et sans prétention vous savez que ce petit élan de générosité le rendra complètement fou.

De fait, le zigoto apprécie. Il se tortille, il gémit, il n'a pas l'intention de vous voir arrêter trop vite, non plus. En deux mots, pas un geste de recul ni un semblant de gêne à ce niveau-là. Le sexe oral semble lui convenir, une pratique comme une autre, en somme. Sauf que voilà. Une fois prêts à continuer le jeu des préliminaires, et dans le feu de l'action, votre amant vous embrasse ardemment sur tout le corps... Les lèvres, les joues, le cou, les épaules, les seins, le ventre, les cuisses, les fesses (c'est là que vous vous dites ah ahhh à mon tour de m'amuser un peu) puis... les genoux, les jambes et les pieds... avant de venir vous embrasser à nouveau sur les lèvres. Aïe.

Euh, c'est gentil et sexy en effet, mais vous vous attendiez à autre chose, il faut bien l'avouer. Sans doute est-ce un oubli. Vous essayez donc de pousser gentiment sa tête et ses lèvres vers l'endroit sur lequel vous aimeriez qu'il attarde quelque peu ses baisers mouillés. Mais l'animal résiste, petit mouvement de recul, vous sentez sa nuque se raidir sous votre main au fur et à mesure que vous le poussez à descendre davantage. Voilà, il a esquivé et, l'air de rien, fait mine de reprendre là où vous l'aviez arrêté. Effroi. Que se passe-t-il? Troublée, vous continuez votre petite partie de jambes en l'air sans broncher, mais le coeur n'y est plus; vous êtes perturbée. Que diable a bien pu le stopper? Pas de panique, votre Chouchou n'est pas le premier à rechigner à l'exercice. Pourquoi?

1. Le novice
Eh oui. Il a 27 ans, vit seul, se fait à manger tout seul, est indépendant comme personne et libéré comme un homme qui a eu son lot d'expériences au lit avec les femmes, certes. C'est un grand garçon sûr de lui, mais CA, il ne l'a jamais fait. Soit la question ne s'est jamais posée, ses ex précédentes n'ayant jamais osé non plus le lui demander ou signifier, ou n'étant pas très portées sur la chose non plus. Certaines filles n'aiment pas ça, ne l'oubliez pas.

Pas de raison de prendre son absence de réaction à vos envies contre vous donc. Dans ce cas-ci votre homme est peut-être juste un novice, et cette pratique, pour lui, c'est juste l'aventure. Voire quelque chose auquel il ne pense même pas, il pense peut-être que cela n'existe probablement que dans les films pornos. A vous de lui montrer que ça fait plaisir aux femmes dans la vraie vie. Il suffira certainement de le mettre en confiance et le tour sera joué! Patience.

2. Le timide
Le sexe est encore, pour plus de personnes que l'on croit, un tabou social important. Question d'éducation, de convictions, de pudeur, de liberté et de confiance en soi. Tout le monde n'est pa sà l'aise avec le Kama-Sutra comme il l'est avec un Rubik's cube. Vous l'êtes, tant mieux, mais admettez que tout le monde ne soit pas - encore - comme vous. Ce qui vous a charmé chez cet homme, c'est sa délicatesse et son approche un peu gauche. Les regards furtifs, le temps qu'il a pris avant de vous embrasser. Vous pensiez quoi? Qu'il allait arracher votre string et se la jouer Rocco Siffredi? Bon, on est d'accord.

Laissez-lui du temps, laissez-le apprivoiser ses envies, gérer ses vieux tabous et découvrir votre corps, le temps d'avoir envie de l'examiner de près et d'en jouer un peu. Les timides sont souvent, à terme, les plus doués et ceux qui ont le plus de doigté... sans mauvais jeu de mot bien entendu. A vous de le diriger doucement vers votre petite fleur, histoire de lui montrer que non, avec vous pas de gêne à avoir.

3. Le traumatisé
Vous avez peut-être eu un ex professionnel de la chose surnommé par son palmarès d'anciennes petites amies "Langue frétillante". Lui en l'occurrence, a voulu devenir docteur ès cunni mais s'est fait humilier par une précédente compagne. Le pauvre a voulu faire preuve de beaucoup d'enthousiasme et de motivation mais s'est fait tancé par une fille dont le tact n'est pas l'apanage. "Mais enfin, qu'est-ce que tu fais?", "Mais beurk, arrête, t'es vraiment un pervers!", "Euh tu essaies de me faire un cunni là? Mais ça ressemble à rien mon ami là!".

Autant de phrases castratrices qui ne lui auront pas coupé ses effets que le soir-même. Ce genre de gifle se digère mal pour l'égo masculin, comprenez-le. Pas facile évidemment de savoir si son blocage vient d'une ex peut délicate. Une seule solution: la communication. Et peut-être lui glisser que vous espérer bien faire quand vous lui faites une fellation, que vous n'êtes pas toujours sûre de vous, etc... Prêcher le faux pour savoir le vrai. Vous faîtes sûrement ça très bien.

4. Le dégoûté

Que ce soit suite à une expérience écoeurante en la matière ou à un tabou généré par l'éducation (le sexe, c'est sale, celui d'une femme, encore plus) ou encore aux récits épiques des copains, votre homme est dégoûté par la simple idée d'aller glisser sa langue plus bas que votre nombril. Que craint-il, au juste? Que vous soyez sale, pardi. Ne vous vexez pas d'emblée. Ce n'est pas vous en soi qui le dégoûtez, c'est une partie de l'anatomie féminine qui, à son sens, n'est destinée qu'à une seule chose: son sexe à lui. Chaque à sa place, se dit-il sans doute. Celui-là doit sans doute aussi avoir un petit stress avec la fellation.

Autre possiblité: s'il est dégoûté, c'est parce qu'il a des raisons de l'être. Soit un ami lui a fait part d'une expérience dégoûtante en la matière (sang, femme fontaine, et tout ce qu'on peut imaginer comme mythes sur le sexe de la femme), soit il a lui même testé et en a gardé un souvenir très déplaisant. On ne va pas rentrer dans les détails scabreux qui vont couper l'appétit et les envie de tous. Mais pensez que vous aussi, vous n'envisagez le sexe oral que dans un contexte d efraîcheur et d'hygiène impeccable. Commencez par une douche avec votre chéri, lavez-vous ensemble, y compris les parties plus intimes, pour le rassurer. Sûr de votre intimité, il sera sans doute plus à l'aise avec l'idée, jusqu'à avoir envie de réessayer, parce que c'est vous.

5. L'engagé
Certains n'embrassent pas quand ils ont des rapports sexuels avec quelqu'un qu'ils n'aiment pas. Certains ne parlent de "faire l'amour" que quand ils sont vraiment amoureux. Certains ne se laissent aller à certaines pratiques que quand ils sont vraiment en confiance, avec l'être aimé, celui à qui ils veulent tout donner. Pas de quoi vous alarmer devant la réticence de votre homme dans ce cas.

S'il s'agit de vos premières nuits ensemble, cela est presque plus honorable de sa part, non? Il veut réserver ce genre de plaisir à la femme qu'il aime, et s'il décide de faire cela avec vous, ce sera un gage de son attachement. Il vous montre que vous êtes "spéciale". Agréable aussi de se dire qu'il n'a pas laissé traîner sa petite langue avec laquelle il nous embrasse désormais sur tous les minous du quartier. Ca fait toujours plaisir... Et puis s'il ne sait pas trop bien s'y prendre, il suffira de lui laisser le PC allumé sur la page 7sur7 qui expliquera tout bientôt à ces Messieurs la recette du plaisir féminin...

Il ne faut jamais dire fontaine, je ne boirai de ton eau
Finalement, il n'y a pas souvent lieu de s'inquiéter démesurément devant un homme frileux avec le cunniligus. Attention, pas question pour autant d'y renoncer et d'attendre d'être lassée et aigrie pour lui en parler, si le déblocage ne vient pas. Au moment d'aborder la question, n'en parlez pas comme d'un problème existentiel grave à résoudre par A+B. Soyez subtile. Avancez la question comme une envie, un fantasme, pas comme quelque chose de "normal" que vous attendez de lui. Essayez de titiller sa curiosité, d'expliquer en lui susurrant les mots à l'oreille, ce que vous aimeriez qu'il vous fasse... Laissez un peu de flou, juste de quoi bousculer sa libido...

Aucune pratique sexuelle n'est un dû, et ne faites pas les choses pour qu'on vous les donne en retour. Vous pouvez bien sûr être tombée sur un égoïste, qui fait l'amour comme s'il était seul et qui ne se préoccupe pas de votre plaisir. Cet énergumène-là court aussi beaucoup les rues, malheureusement. Mais entre nous, si c'est un comme ça qui est dans vos draps, soyons honnêtes, vous ne le garderez pas. A moins de bien le dresser, s'il est encore récupérable. Mais un homme comme ça, sérieusement, qui en voudrait? Il ne mérite pas que l'on se pose mille questions à son sujet... Un autre que lui sera ravi de faire honneur à notre petite fleur en même temps qu'il décrochera notre coeur.

( Source : 7sur7 )

16:58 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cunnilingus, homme, sexe, sex |  Facebook |

12/05/2009

Oh ouiiii chéri !

media_xl_912741

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important et la plupart des femmes sont globalement satisfaites voire satisfaites de leur vie sexuelle, selon une enquête du mensuel gratuit Dialogue & Santé. Ce dernier indique 14% attribuent une cote de 9 ou 10 à leur vie sexuelle et environ 50% une note entre 7 et 8.

Trop de pression, moins de libido
L'enquête montre également que les jeunes femmes, plus souvent que les plus âgées, déclarent souffrir d'un manque de libido. La probabilité que la contraception hormonale ait une influence négative sur la libido est cependant relativement faible. "Les jeunes adultes veulent atteindre beaucoup d'objectifs en même temps, ce qui a pour conséquence qu'ils sont plus fatigués, stressés et parfois frustrés, ce qui est néfaste pour la libido", relève la gynécologue Mireille Merckx. "Les médias jouent également un rôle en diffusant des images et des opinions en termes de sexe qui sont en fin de compte éloignées de la réalité", constate-t-elle.

Mireille Merckx considère également que les femmes de plus de 40 ans se sentent mieux dans leur peau que les plus jeunes et ont plus de temps à consacrer à elles-mêmes et à leur relation. "Les plus âgées peuvent donc souvent profiter de leur seconde jeunesse, entre autres sur le plan sexuel".

Zut ma pilule
L'enquête s'est par ailleurs penchée sur la perception des femmes en termes de contraception. Il en ressort que 61,9% des femmes entre 25 et 54 ans ont recours à un moyen contraceptif. Par ailleurs, près de 45% des femmes qui utilisent la pilule déclarent oublier de temps en temps de la prendre et une femme sur dix qui l'utilise l'oublie au moins une fois par mois.

L'étude montre que 6 femmes sur 10 qui utilisent un moyen de contraception sont satisfaites. Environ 3 femmes sur 10 qui ont recours à un contraceptif ont déjà pensé en utiliser un autre.

Le mensuel a interrogé entre mi-novembre 2008 et mi-février 2009 1.434 femmes entre 16 et 54 ans. Les résultats complets de l'étude seront disponibles dans l'édition de juin du magazine. 

( Source : belga )

20:10 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, femme, sex, couple, plaisir |  Facebook |

08/05/2009

L'amour à 40 ans ... ( moins de sexe, mst... )

media_xl_909717

Suite de notre série sexe. Alors, qu'est-ce que ça donne chez les 40 ans et plus?

Plus de la moitié des hommes ont déjà eu des problèmes d'érection
52% des hommes entre 40 et 70 ans ont déjà trouvé que leur pénis avait soudainement une vie qui leur était propre.

Presque la moitié sont infidèles
Les statistiques officiels montrent qu'entre 22 et 42% des quarantenaires sont infidèles mais Tracey Cox a étudié la question en profondeur. Même les gens qui se sont évalués comme "vraiment très heureux" ont déjà donné un coup de canif dans leur contrat de mariage. Ils ont deux fois plus de probabilités d'avoir eu une relation extraconjugale que ceux qui se sont dits "très heureux".

Seulement 25% des hommes ont déclaré, dans une autre enquête, qu'ils avaient "beaucoup de problèmes maritaux" avant d'avoir une maîtresse. C'était le cas de 48% des femmes. Alors, comment
faut-il être heureux pour résister à la tentation?

Le problème ici est que nous poursuivons tous "le bonheur ultime", attendant que nos vies deviennent fabuleusement romantiques et explosives niveau sexe.

Les choses qui nous rendent infidèles? Vous êtes une personne à risque si vous êtes en couple depuis longtemps, si vous avez eu un nombre élevé de partenaires avant le mariage, si vous êtes un homme, si vous vivez en ville et si vous pensez au sexe tous les jours.

Vous êtes plus susceptibles d'avoir des rapports sexuels non protégés
Les MST ont doublé en moins d'une décennie chez les gens de plus de 45 ans et augmentent plus rapidement que chez les adolescents. Les MST et les grossesses non désirées ne sont pas seulement un risque pour les plus jeunes.

Moins de sexe mais de meilleure qualité
Les gens de 18 à 29 ans ont des rapports sexuels en moyenne 112 fois par an. Les 30-39, environ 89 fois par an. A l'âge précis de 40 ans (joyeux anniversaire!), la moyenne baisse à... 69. Pas besoin d'être déprimé pour autant. La fréquence diminue mais le niveau de qualité est plus élevé.

Les hommes regardent régulièrement des films porno
Les quarantenaires forment les deux tiers des utilisateurs des sites Internet au contenu sexuellement explicite. La plupart des femmes de cet âge ont déjà aussi visité des sites porno. Fort heureusement, un tout petit nombre de gens (1%) devient dépendant. Parmi eux, 30% sont des hommes mariés.

( Source : 7sur7 )

09:44 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : couple, homme, 40, mst, sexe, femme |  Facebook |

30/04/2009

Avez-vous déjà fait l'amour à 3 ?

media_xl_905132

Vous seriez 60%, Mesdames, à être tentées par un peu de piment dans votre vie sexuelle. Le Nord du pays serait un peu plus aventureux que la Wallonie, avec quatre Flamandes sur dix qui déclarent avoir déjà tenté le triolisme (le nom dorénavant donné aux parties de jambes en l'air... à trois), révèlent-elles dans l'hebdomadaire Flair. Mais les experts se posent pas mal de questions sur les résultats de cette enquête.

Vie sexuelle en termes de fréquence
L'enquête révèle que trois-quarts des Flamandes font l'amour en moyenne deux fois par semaine. Mais plusieurs sexologues flamands remettent le sondage en question et ne croient pas nécessairement à la véracité de ces résultats. Selon Alexander Witpas, sexologue, " les femmes voudraient certainement faire l'amour aussi souvent, mais elles ne le peuvent vraisemblablement pas toutes. Je pense que si les gens prévoyaient simplement plus de temps pour le sexe, ils seraient déjà nettement plus satisfaits de leur vie intime".

Une autre sexologue, Eva Ferrari, explique son interprétation de l'enquête au journal Het Nieuwsblad: "Je suppose que l'étude a été menée sur des jeunes filles et femmes entre quinze et vingt-cinq ans. Il est donc normal qu'elles passent tant de temps au lit avec leur partenaire! Elles ont plus de temps et ont encore une vie sexuelle très active".

Des attentes irréalistes
D'autre part, le fait que ce même groupe d'âge espère un peu plus de changements au niveau sexuel est, selon la spécialsite Rika Ponnet, absolument normal. "Faire son expérience, cela fait partie de la vie". Que les femmes souhaitent pour la plupart vivre et essayer de nouvelles choses sur le plan sexuel a, selon Rika Ponnet, tout à voir avec l'âge. Mais Alexander Witpas estime quant à lui que les femmes plus âgées ont elles aussi envie de bousculer leurs habitudes sexuelles. "La majorité d'entre elles vivent une longue relation fixe et bien établie, ce qui a rendu leur vie sexuelle moins originale et moins 'sauvage'. On peut aussi imputer aux films à l'eau de rose un romantisme et des attentes complètement surréalistes", explique-t-il.

Et si on faisait ça à trois?
Quant aux 40% de femmes ayant déjà essayé l'amour à trois, les spécialistes n'y croient tout simplement pas une seconde. "Que cela soit un fantasme, d'accord. Mais qu'elles l'aient toutes mis en pratique, certainement pas", concluent-ils. 

( Source : Flair & Photo : 7sur7.be )

13:27 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, trio, trois, homme, femme, baise |  Facebook |

28/04/2009

Sexe : Les chiffres étranges

media_xl_903635

Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes ont répandu des mythes concernant l'acte sexuel ou tout ce qui s'y rapportait. Nous vous proposons de revenir sur les plus étranges d'entre eux. Attention, films d'horreur, action.

Un vagin à dents

Pendant longtemps les hommes ont eu peur du vagin des femmes. Cette entrée secrète cachait-elle un monstre, une grande bouche pleine de dents? Les femmes pouvaient-elles leur couper le sexe d'une bouchée? Ce mythe nous vient des Grecs et se base sur l'idée que le corps de la femme est dangereux et cache de nombreux secrets. Les hommes risquaient donc la castration en cas de relation sexuelle avec une femme, de quoi calmer leurs ardeurs.

Mais le pénis présente lui aussi quelques dangers puisque d'après une auteure du Moyen-Âge, Hildegarde Von Bingen, le sexe de l'homme pouvait répandre un liquide vénéneux dont il valait mieux ne pas s'approcher.

Orgasme et sacrilège

Les Occidentaux ont toujours été particulièrement prudes en matière de sexe, ils étaient donc les champions pour inventer de nouvelles rumeurs capables d'effrayer les plus téméraires. Au début du 19e siècle, les docteurs mettaient en garde contre le sexe, qui était une activité dangereuse.

Au début, pourtant, il était conseillé aux hommes de stimuler le clitoris, mais dès 1830, les choses ont changé. Il était alors nécessaire que les femmes ne ressentent pas de plaisir durant la relation sexuelle, c'était malsain et l'orgasme était synonyme de douleur. Au lieu d'hurler son plaisir, la femme hurlait en réalité sa souffrance ou pire si elle prenait du plaisir pendant l'acte, c'est que son âme était perdue et dédiée à l'enfer.

La masturbation mène à la ménopause
Les femmes protestantes ne pouvaient quant à elles pas se plaindre de leur ménopause. En effet, il était courant de dire que la ménopause était le résultat de la masturbation durant la jeunesse. De quoi se taire pour éviter d'être accusée des pires horreurs.

Pour l'église catholique aussi la masturbation était perçue comme une activité maléfique. Elle pouvait rendre fou et causer des épidémies de peste ou conduire à la mort. Elle pouvait aussi endommager votre système nerveux de manière irréversible.

Les machines à coudre rendent lesbiennes

Dès que les machines à coudre mécaniques sont arrivées sur le marché, certains y ont vu un objet du mal. Certaines femmes auraient ressenti un orgasme à force de bouger leur pied en cadence. Les docteurs ont donc déclaré que ces machines étaient mauvaises pour la santé et... qu'elles transformaient les femmes en lesbiennes. Ni plus, ni moins.

Nez

Un médecin allemand aurait également annoncé qu'il existe un lien direct entre le nez et les organes sexuelles. Les problèmes de menstruations des femmes seraient en réalité en rapport direct avec leur nez. Heureusement, ces symptômes pouvaient être soignés - d'après Sigmund Freud - en sniffant de la cocaïne. Règles douloureuses ou droguée, il fallait donc choisir.

( Source : 7sur7.be )

08:01 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, couple, sexe, sex, chiffre |  Facebook |

24/04/2009

Je n'ai plus envie de lui ... Pourquoi ?

media_l_902084

Beaucoup de femmes ont du mal ou honte de l'admettre, mais elles ne désirent plus leur compagnon, purement et simplement. Et avant d'aborder la question avec l'homme qui partage leur vie, elles hésitent souvent longtemps à prendre la parole pour la simple et bonne raison... qu'elles ne savent pas pourquoi. Ou bien parce qu'elles ont du mal à accepter une raison qu'elles ressentent déjà, mais qu'elles refoulent par culpabilité. Et si on déminait l'affaire?

1. La routine
Il s'agit sans doute de la raison la plus courante dans les couples après quelques années de relation. Ne nous leurrons pas, la passion des débuts a fait place aux douces petites habitudes à deux qui se sont transormées en routine pure et dure. On travaille, on rentre avec du boulot à la maison, on parle des factures, on essaie de calmer les enfants qui sont déchaînés, on se bat pour savoir qui des deux va se forcer à leur faire faire leurs devoirs, on noie sa journée dans un verre de vin de trop ou on se réconforte avec un souper bien riche, pour terminer devant trois épisodes des Experts.

Rien dans la vie de couple en soi, dans le quotidien, ne prédispose à entretenir une vie sexuelle épanouie et n'encourage la libido, que du contraire. D'où l'intérêt de forcer un peu le destin, de se mettre (et de mettre l'autre dans l'ambiance), de se ménager des moments rien qu'à deux dans une atmosphère propice à la bagatelle. Un homme pense souvent à tort que sa femme lui demande de rester auprès d'elle, de "faire des choses ensemble" parce qu'elle est exclusive ou qu'elle a besoin d'attention. Mais il est souvent à côté de la plaque, car c'est sa façon à elle d'exprimer "Ne nous éloignons pas trop l'un de l'autre physiquement". Avant que le désir de l'autre ne s'en aille.

2. Une raison médicale
A la différence de l'homme, le désir et le plaisir féminins sont des données extrêmement psychologiques. Mais des raisons purement médicales peuvent également troubler la libido de la femme. Une pilule mal adaptée, un cycle instable, un stérilet, l'approche de la ménopause, autant de raisons de voir nos hormones perturbées et nous jouer des tours. En cas de changement trop radical de votre désir après un changement de traitement hormonal par exemple, prévenez votre médecin ou gynécologue. Il saura vous dire si un traitement de substitution est possible afin de régler le problème.

Autre aspect physique qui peut rebuter tout désir de faire l'amour: des douleurs pendant les rapports. Leur origine peut être multiple. Il s'agit parfois de douleurs mécaniques (quand la taille du sexe de l'homme est vraiment importante, les chocs peuvent être douloureux), ou physiologiques (un utérus rétroversé, les ligaments sacro-utérins trop tendus). Il peut aussi s'agir de vaginisme, soit un refus de votre corps d'accepter la pénétration, d'où des douleurs lancinantes. En général vous aurez donc toujours connu le problème.

N'attendez plus pour en parler à votre gynécologue, car beaucoup de solutions existent, d'un suivi psychologique à des exercices pour détendre les muscles du vagin en passant par des interventions chirurgicales simples, rapides et efficaces. Brisez le tabou. Si les douleurs sont apparues récemment, consultez de toute urgence un gynéco, car vous souffrez peut-être d'une MST ou d'un autre problème gynécologique grave. Ne traînez pas!

3. Votre homme se laisse aller
Il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud. Aujourd'hui, il est toujours grand, mais vous le voyez plus souvent affalé devant la télé que planté devant vous, les abdos contractés. Oui ces mêmes tablettes de chocolat qui il fut un temps, vous rendaient folle de lui et de son corps. Elles ne sont plus qu'un lointain souvenir, et vous ne lui en portez pas particulièrement grief... Après tout c'est vous qui l'avez sermonné parce qu'il passait trop de temps au foot ou parce que vous en aviez ras le bol qu'il parte faire de la gonflette à l'heure du souper. Et puis vous avez entretenu son bidon aussi, à lui concoter des petits plats ou à trop flancher pour un fast-food ou des frites le dimanche soir. D'ailleurs ce n'est pas votre cellulite qui dira le contraire...

Vous avez envie de le voir reprendre un peu soin de lui, vous charmer et vous séduire? Vous avez raison, et faites de même car l'attirance aussi, cela s'entretient. Et une fois qu'elle s'est évanouie, elle est infiniment plus difficile à récupérer. Alors commencez par faire attention à votre apparence, vous vous sentirez déjà plus belle et désirable. Cela donnera envie à votre chéri de faire comme vous, et à vous rendre dès lors à nouveau désirante... Et s'il ne "tilte" pas, parlez-lui, l'intérêt de la conversation (soyez claire: plus de sexe) ne le laissera pas de glace. Une libido, ça se crée, ça se vit et se construit à deux...

4. Vos sentiments ont changé

Après avoir examiné ces trois premiers points, vous réalisez qu'ils ne sont en gros pas un problème pour vous. Ou qu'après avoir combiné tous les efforts dans ce sens, rien n'y fait, vous ne le désirez toujours pas. La grande question est alors de savoir ce qui a créé cette rupture de l'envie en vous. Si vous ne voyez aucune raison objective, pensez à commencer un travail sur vous-même, pour trouver l'origine de votre chute de libido...

Si c'est le temps qui a passé, les crises, la distance qui s'est trop installée, l'indifférence ou le bon copinage ou la simple cohabitation qui règnent entre votre compagnon et vous... peut-être est-il temps de remettre votre couple en question. Si votre envie de vous envoyer en l'air ne vous a pas quittée, mais a disons trop changé de "cible", vous savez au moins que vous n'avez pas de blocage ou de problème sexuel personnel, c'est quand même une bonne nouvelle.

Mais quand l'amitié, la simple tendresse (aussi grande soit-elle) s'empare du couple, c'est la porte ouverte aux dérapages ou à plus de distance encore entre les partenaires. Et qui pourrait vous en vouloir que votre libido dégringole? On n'a pas envie de faire l'amour avec celui que l'on considère plus comme notre frère ou notre meilleur ami que notre amant...

Dans ce cas, posez-vous les vraies, bonnes questions et ne niez pas l'existence de votre problème. Ne vous enfermez pas dans la culpabilité ou le déni de l'importance de la sexualité. Fini de reporter, vous avez encore la vie devant vous, il serait dommage de ne pas en profiter pleinement. Alors ne vous oubliez pas et dites-vous que c'est peut-être tout simplement un signe que tout fonctionne bien: votre coeur fait encore parler votre psychisme et votre corps...


Un article de Annabel Claix sur 7sur7.be 

17:16 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe, sex, couple, homme, envie, femme |  Facebook |

22/04/2009

Pourquoi elles simulent ?

media_l_891200

Une question simple mais Ô combien intéressante. Mesdames, ne vous voilez pas la face: avouez que toutes, au moins une fois dans votre vie, vous avez crié un peu trop fort pour exprimer le plaisir réellement ressenti. Et toutes, vous aviez, à ce moment précis, de bonne raison de le faire.

Parce que vous voulez rassurer votre moitié
Qu'il ne soit passé qu'un temps dans votre lit ou qu'il soit encore dans votre vie, vous avez fait preuve d'un enthousiasme exacerbé pour le rassurer. Emue par les efforts que votre partenaire faisaient, ce jour-là, pour vous faire monter au septième ciel, vous n'avez pas eu à coeur à lui dire que vous n'aviez pas joui.

Les hommes ont, pour leur majorité, - mais ne faisons de généralité trop facile -, parfois du mal à comprendre le plaisir féminin, alors on le répète: ce n'est pas parce que nous n'avons pas été jusqu'au bout des choses que nous n'avons pas ressenti de plaisir.

Plutôt que de vous lancer dans un débat sans fin, qui risquerait d'inquiéter l'Homme sur son aptitude à vous faire grimper aux rideaux, vous avez simulez un peu. Ce qui permet, à tout le monde, une fois le câlin terminé, de s'endormir (ou se quitter) rassurés. Messieurs, cette simulation-là, sachez-le, c'est une presque une preuve d'amour.

Pour avoir la paix
Bon, ce n'est pas l'excuse la plus valable, on est bien d'accord. Mais voilà, le désir sexuel masculin ne fonctionne pas de la même façon que son pendant féminin. Et malheureusement, on n'a pas toujours envie de se déshabiller à peine passée la porte. Mais on fait un effort et on peut parfois accepter un petit quickie sur le bord de la table, en ayant pourtant la tête ailleurs.

Et comme on vous aime et qu'on ne veut que votre bonheur, on fait croire qu'on attendait que ça. "Oh oui, chéri, vas-y, viens, vite." L'Homme optembère, ravi. Et on repart vaquer à nos occupations, avec le sentiment du devoir accompli. Dis comme ça, c'est moche, on n'est pas fière d'ailleurs mais c'est pour le bien de notre couple.

Parce que c'est vraiment la cata, mais que faire d'autre?
Sous ses grands airs de macho, le bonhomme que vous avez rencontré il y a une semaine à l'anniversaire de votre meilleure amie est en fait un grand timide. Une fois sous la couette, vous en êtes sûre: il n'a pas du voir le loup bien souvent. A moins que ce soit simplement vos deux corps qui en fusionnant ne provoquent aucune étincelle.

Comme vous savez d'avance que vous n'allez pas vous marier avec lui, vous ne prenez pas la peine de vous lancer dans l'explication du désir féminin, de lui donner les solutions des mystères de votre corps, de lui dire: "non, ça ce n'est pas mon clitoris, c'est mon nombril"...

Par lâcheté, parce que vous ne voulez pas le vexer, parce que les jours down ça arrive à tout le monde, vous faites semblant d'apprécier. Ca vous occupe, ça passe plus vite. Ca ne vous grandit pas certes, mais on ne peut pas être parfaite tout le temps. Si vous promettez que ça n'arrivera plus, on vous pardonne.

Pour créer l'excitation
La machine met parfois un peu plus temps que d'habitude à se mettre en route. Du coup, pour vous stimuler, vous simulez un peu. Rien de méchant au contraire. En rajouter un peu permet d'encourager votre partenaire de galipettes qui mettra tout en oeuvre pour que vos petits cris s'intensifient et ça vous mettra dans l'ambiance.

Il y a de fortes chances pour que la simulation se transforme en véritable excitation. Cette forme-là de petit mensonge peut donc être utiliser régulièrement, pour vous mettre en jambes plus facilement.

A utiliser avec parcimonie
Peu importe les raisons invoquées, un conseil, les filles: n'abusez pas de la simulation trop souvent. Vous finiriez pas être frustrées, alors que ce n'était pas le but du tout. Rien de tel qu'une bonne discussion avec votre partenaire pour mettre les choses à plat, si votre vie sexuelle ne vous convient pas. Si c'est un soir sans ok, si c'est régulier, prenez le... taureau par les cornes et ouvrez la discussion. La vie est trop courte pour faire semblant.

( Revue du Net : 7sur7.be )

13:05 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, femme, simulation, couple, sexe, sex |  Facebook |