06/04/2009

Dix ans de sexe ... Et après ?

media_l_891200

Ah qu'on se sentait encore jeune et novice, jusqu'il y a peu. Jusqu'à ce qu'on lise la couverture d'un de ces magazines pour ado qui titrait sur "Comment réussir ta première fois?". Passé le petit sourire spontané en repensant à la futilité de nos préoccupations d'ado, puis le brin de nostalgie pour cette "fameuse" première fois, la question inévitable nous frappe de plein fouet... Tiens dans le fond, c'était y a combien de temps, déjà?

Pas cinq ans, pas sept ans... 1998, c'était il y a... Onze ans??? Oui ça fait mal de s'en rendre compte, mais définitivement, ça fait un bail. Après quatre ans d'études, on est devenu instituteur, secrétaire, ingénieur. Après quinze ans d'amitié, on a appris à être attentive, à ce qu'on puisse compter sur nous, à ne pas juger; bref à être une amie fidèle. Après six ans de vie professionnelle, on a appris le sens du travail, l'esprit d'équipe, et à avoir de l'initiative.

Mais après cinq, dix, quinze ou même vingt ans de vie sexuelle active, on a appris quoi? Bonne question, et donc difficile d'y répondre...

1. La première fois: beaucoup de bruit pour rien (et les fois suivantes aussi, dans le fond...)
Autant on a attendu, impatients, curieux et la peur au ventre, cette mystérieuse première fois, autant elle a déçu pas mal d'entre nous. Pas qu'on s'attendait à découvrir le plaisir ultime du premier coup (on ne savait d'ailleurs pas du tout à quoi ça ressemblait de toutes façons), mais au moins à un moment d'exquise communion... qui n'est la plupart du temps jamais arrivé.

Qu'à cela ne tienne, on aura compris que celui à qui on offrait toute notre intimité n'était peut-être pas le bon, qu'il n'avait pas avec nous tous les égards dont on rêvait. Mais finalement est-ce là l'important? On finit tous, un jour, par en sourire, et par se dire que notre comparse de la première fois n'en menait pas bien large non plus. Puis la première d'une série d'expériences, ça reste plein de charme et d'émotion.

2. C'est en forgeant qu'on devient forgeron
La première fois n'était certes pas la meilleure. Et on ne va pas jeter la pierre à notre premier partenaire. Avec le recul, on se dit qu'on a pas dû lui faciliter la tâche: stressée, tendue, méfiante et on en passe. Avec le temps, les maladresses s'effacent, la connaissance du corps s'affine. Et on apprend à se connaître mieux soi, surtout. Ce qu'on comprend après des années de pratique, c'est principalement ce qui marche et ce qui ne marche pas (en tout cas pour nous). On sait sur quels boutons appuyer, et le stress nous a progressivement quittées.

C'est sans doute ça, la plus grande différence qu'apporte l'expérience. Moins de papillons dans le ventre, peut-être, mais davantage de confiance en soi. Et à force d'épisodes intenses, drôles, insipides, lamentables et mémorables ont a appris à apprivoiser les "choses du sexe", à devenir à l'aise, puis plus experte, voire créative... sans pour autant devenir blasée, espérons-le.

3. Que l'on vit mieux sans ses tabous!
Ce qui est sûrement le plus marquant, c'est la libération qui vient avec le temps. On apprivoise non seulement notre propre corps, mais aussi celui de nos partenaires. Une parcours initiatique, et une vraie aventure en soi... Découvrir le corps d'un homme, ça peut être passionnant. Découvrir ce que la magie de deux corps peuvent donner, encore plus.

Après quelques années, et quelques partenaires plus expérimentés, on a découvert des sensations qui nous étaient tellement inconnues qu'on a parfois eu peine à s'en remettre. Des sensations qu'on aura parfois cherché à retrouver dans les bras d'un autre, en vain. Et avec la disparition - progressive et relative - de nos 648 complexes, on s'est donné tout doucement le temps de laisser la lumière allumée, de se promener nue en plein jour ou de faire ça dans les endroits les plus fous. De s'adonner à des pratiques qui d'emblée nous dégoûtaient ou nous terrifiaient, et qui finalement, par amour ou curiosité, nous ont comblées. Ou pas, d'ailleurs, mais peu importe. Toute expérience aura fait de nous ce qu'on est aujourd'hui.

4. Ce n'est pas ceux qui en parlent le plus qui font ça le mieux
Les beaux parleurs, les tombeurs à la petite semaine, ceux qui avaient le palmarès des plus jolies biches du quartier à leur actif, on les a vus. Pire, on les a vus nus et en pleine démonstration de leur "savoir-faire". Quoiqu'en matière de savoir et de faire, l'air ne fait franchement pas la chanson.

Contrairement à ce que pensent beaucoup d'hommes, il arrive un âge où les femmes ne tombent plus si volontiers dans les filets des dragueurs dont l'assurance et le tableau de chasse laissent entrevoir de torrides promesses. Nous sommes nombreuses, Messieurs, à avoir pleuré de rire intérieurement devant les gestes soi-disant avisés de pseudo Rocco Siffredi. Beaucoup de gestes, beaucoup de galipettes, de gymnastique, presque, pour... pas grand-chose. Si ce n'est une bonne histoire à raconter aux copines - et encore, pour les plus bavardes et libérées d'entre nous.

L'expérience joue au contraire en votre faveur Messieurs, car les femmes apprennent pour la plupart à repérer d'autres qualités chez un homme qui présagent des nuits plus fantastiques. Un homme attentif, drôle, modeste, charmant nous aura dorénavant beaucoup plus vite entre ses bras et dans son lit que les hidalgos qui paradent comme des paons.

5. Que les limites que l'on doit avoir, ce sont les nôtres
En matière de sexe, pas de règle, si ce n'est les nôtres et celles de notre partenaire. Les limites n'ont un sens que si elles nous correspondent. C'est la logique et la dynamique du couple qui régissent notre vie sexuelle, pas les diktats des magazines ou des pratiques sexuelles "trendy". Pour le sexe, pas question de mode, pas question de s'imposer ce qui nous heurte ou nous fait peur.

Il aura malheureusement parfois fallu que l'on se force quelque peu, que l'on ait quelques lendemains difficiles et que notre ego en ait pris un petit coup pour réussir à savoir où sont, réellement, nos propres frontières. Pas question de bien et de mal, juste de respect de soi et de désir. Rien n'est sale, finalement, mais tout est plutôt question de sensibilité et d'éducation. Tant que vous vous sentez bien dans votre tête et que vous assumez votre vie sexuelle, le reste ne regarde absolument personne.

6. Que le sexe, c'est le ciment du couple
Le lien entre sexe et amour est aussi étroit qu'il est ambigu. D'émotion en sentiment, on a souvent mélangé désir, harmonie sexuelle, amour et affection. La frontière est parfois mince, et pour détourner l'expression populaire, on peut dire que le corps a ses raisons que la raison ignore. Une fois acquise cette différence pourtant importante entre acte purement sexuel et acte d'amour, reste à faire du premier l'apanage du second.

Car si après dix ans, on a compris une chose, c'est celle-là: l'équilibre du couple et sa viabilité dépendent souvent du facteur sexe. Car c'est lui qui souvent traduit l'harmonie du couple, la confiance et le désir d'être avec l'autre. Quand cette dimension fait défaut, la balance vacille dangereusement. Alors, en filles averties, on sait maintenant que la complicité sexuelle vaut la peine d'être préservée du mieux possible, malgré le quotidien, sa routine et ses contrariétés. Bien souvent - et même si le sexe seul ne fait pas tout - il en va de l'avenir de notre couple. En ce compris, la fidélité de l'un et de l'autre, on n'est plus vraiment dupes sur le sujet.

7. On est tous le mauvais coup de quelqu'un
Et comme toute bonne science, les connaissances en sexe se relativisent. Pas de savoir absolu en la matière, n'importe qui en conviendra. De chimie en alchimie, on ne sait pas toujours ce qui nous a poussé inexorablement (et 250 fois de trop, peut-être) dans le lit de tel ou tel ex. Au bout d'un moment, on apprend à ne plus chercher de réponse. On sait juste que pour ces choses-là, le vécu et les sensibilités de chacun sont les seules variables connues.

Phéromones, compatibilité ou malentendu, après tout, pourquoi chercher à vouloir tout comprendre, tout quantifier? "Bon coup", "mauvais coup", "coup d'un soir", "bonne au lit"... quantifier les talents et qualités des autres quand il s'agit de sexe est aussi ridicule que de porter des jugements de valeur sur les goûts et les couleurs. Le mauvais coup de l'une fera le plus grand bonheur de l'autre, et c'est tant mieux. C'est grâce à cela que la terre est assez grandes pour nous toutes...

media_l_891197

( Revue du Net : 7sur7.be )

18:23 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, sex, experience, couple, homme, femme, relation |  Facebook |