14/05/2009

Le cunnilingus... Pourquoi ils l'esquivent ?

media_l_914412

La nuit est torride et l'apollon avec qui vous partagez vos draps pour la nuit est décidément hot hot hot... Tellement chaude ambiance et cohésion des phéromones que transportée par votre vague de baisers fougueux, vos lèvres descendent descendent descendent jusqu'aux attributs de votre partenaire. Après tout, pourquoi pas, vous voyez cela comme un signe d'intimité et sans prétention vous savez que ce petit élan de générosité le rendra complètement fou.

De fait, le zigoto apprécie. Il se tortille, il gémit, il n'a pas l'intention de vous voir arrêter trop vite, non plus. En deux mots, pas un geste de recul ni un semblant de gêne à ce niveau-là. Le sexe oral semble lui convenir, une pratique comme une autre, en somme. Sauf que voilà. Une fois prêts à continuer le jeu des préliminaires, et dans le feu de l'action, votre amant vous embrasse ardemment sur tout le corps... Les lèvres, les joues, le cou, les épaules, les seins, le ventre, les cuisses, les fesses (c'est là que vous vous dites ah ahhh à mon tour de m'amuser un peu) puis... les genoux, les jambes et les pieds... avant de venir vous embrasser à nouveau sur les lèvres. Aïe.

Euh, c'est gentil et sexy en effet, mais vous vous attendiez à autre chose, il faut bien l'avouer. Sans doute est-ce un oubli. Vous essayez donc de pousser gentiment sa tête et ses lèvres vers l'endroit sur lequel vous aimeriez qu'il attarde quelque peu ses baisers mouillés. Mais l'animal résiste, petit mouvement de recul, vous sentez sa nuque se raidir sous votre main au fur et à mesure que vous le poussez à descendre davantage. Voilà, il a esquivé et, l'air de rien, fait mine de reprendre là où vous l'aviez arrêté. Effroi. Que se passe-t-il? Troublée, vous continuez votre petite partie de jambes en l'air sans broncher, mais le coeur n'y est plus; vous êtes perturbée. Que diable a bien pu le stopper? Pas de panique, votre Chouchou n'est pas le premier à rechigner à l'exercice. Pourquoi?

1. Le novice
Eh oui. Il a 27 ans, vit seul, se fait à manger tout seul, est indépendant comme personne et libéré comme un homme qui a eu son lot d'expériences au lit avec les femmes, certes. C'est un grand garçon sûr de lui, mais CA, il ne l'a jamais fait. Soit la question ne s'est jamais posée, ses ex précédentes n'ayant jamais osé non plus le lui demander ou signifier, ou n'étant pas très portées sur la chose non plus. Certaines filles n'aiment pas ça, ne l'oubliez pas.

Pas de raison de prendre son absence de réaction à vos envies contre vous donc. Dans ce cas-ci votre homme est peut-être juste un novice, et cette pratique, pour lui, c'est juste l'aventure. Voire quelque chose auquel il ne pense même pas, il pense peut-être que cela n'existe probablement que dans les films pornos. A vous de lui montrer que ça fait plaisir aux femmes dans la vraie vie. Il suffira certainement de le mettre en confiance et le tour sera joué! Patience.

2. Le timide
Le sexe est encore, pour plus de personnes que l'on croit, un tabou social important. Question d'éducation, de convictions, de pudeur, de liberté et de confiance en soi. Tout le monde n'est pa sà l'aise avec le Kama-Sutra comme il l'est avec un Rubik's cube. Vous l'êtes, tant mieux, mais admettez que tout le monde ne soit pas - encore - comme vous. Ce qui vous a charmé chez cet homme, c'est sa délicatesse et son approche un peu gauche. Les regards furtifs, le temps qu'il a pris avant de vous embrasser. Vous pensiez quoi? Qu'il allait arracher votre string et se la jouer Rocco Siffredi? Bon, on est d'accord.

Laissez-lui du temps, laissez-le apprivoiser ses envies, gérer ses vieux tabous et découvrir votre corps, le temps d'avoir envie de l'examiner de près et d'en jouer un peu. Les timides sont souvent, à terme, les plus doués et ceux qui ont le plus de doigté... sans mauvais jeu de mot bien entendu. A vous de le diriger doucement vers votre petite fleur, histoire de lui montrer que non, avec vous pas de gêne à avoir.

3. Le traumatisé
Vous avez peut-être eu un ex professionnel de la chose surnommé par son palmarès d'anciennes petites amies "Langue frétillante". Lui en l'occurrence, a voulu devenir docteur ès cunni mais s'est fait humilier par une précédente compagne. Le pauvre a voulu faire preuve de beaucoup d'enthousiasme et de motivation mais s'est fait tancé par une fille dont le tact n'est pas l'apanage. "Mais enfin, qu'est-ce que tu fais?", "Mais beurk, arrête, t'es vraiment un pervers!", "Euh tu essaies de me faire un cunni là? Mais ça ressemble à rien mon ami là!".

Autant de phrases castratrices qui ne lui auront pas coupé ses effets que le soir-même. Ce genre de gifle se digère mal pour l'égo masculin, comprenez-le. Pas facile évidemment de savoir si son blocage vient d'une ex peut délicate. Une seule solution: la communication. Et peut-être lui glisser que vous espérer bien faire quand vous lui faites une fellation, que vous n'êtes pas toujours sûre de vous, etc... Prêcher le faux pour savoir le vrai. Vous faîtes sûrement ça très bien.

4. Le dégoûté

Que ce soit suite à une expérience écoeurante en la matière ou à un tabou généré par l'éducation (le sexe, c'est sale, celui d'une femme, encore plus) ou encore aux récits épiques des copains, votre homme est dégoûté par la simple idée d'aller glisser sa langue plus bas que votre nombril. Que craint-il, au juste? Que vous soyez sale, pardi. Ne vous vexez pas d'emblée. Ce n'est pas vous en soi qui le dégoûtez, c'est une partie de l'anatomie féminine qui, à son sens, n'est destinée qu'à une seule chose: son sexe à lui. Chaque à sa place, se dit-il sans doute. Celui-là doit sans doute aussi avoir un petit stress avec la fellation.

Autre possiblité: s'il est dégoûté, c'est parce qu'il a des raisons de l'être. Soit un ami lui a fait part d'une expérience dégoûtante en la matière (sang, femme fontaine, et tout ce qu'on peut imaginer comme mythes sur le sexe de la femme), soit il a lui même testé et en a gardé un souvenir très déplaisant. On ne va pas rentrer dans les détails scabreux qui vont couper l'appétit et les envie de tous. Mais pensez que vous aussi, vous n'envisagez le sexe oral que dans un contexte d efraîcheur et d'hygiène impeccable. Commencez par une douche avec votre chéri, lavez-vous ensemble, y compris les parties plus intimes, pour le rassurer. Sûr de votre intimité, il sera sans doute plus à l'aise avec l'idée, jusqu'à avoir envie de réessayer, parce que c'est vous.

5. L'engagé
Certains n'embrassent pas quand ils ont des rapports sexuels avec quelqu'un qu'ils n'aiment pas. Certains ne parlent de "faire l'amour" que quand ils sont vraiment amoureux. Certains ne se laissent aller à certaines pratiques que quand ils sont vraiment en confiance, avec l'être aimé, celui à qui ils veulent tout donner. Pas de quoi vous alarmer devant la réticence de votre homme dans ce cas.

S'il s'agit de vos premières nuits ensemble, cela est presque plus honorable de sa part, non? Il veut réserver ce genre de plaisir à la femme qu'il aime, et s'il décide de faire cela avec vous, ce sera un gage de son attachement. Il vous montre que vous êtes "spéciale". Agréable aussi de se dire qu'il n'a pas laissé traîner sa petite langue avec laquelle il nous embrasse désormais sur tous les minous du quartier. Ca fait toujours plaisir... Et puis s'il ne sait pas trop bien s'y prendre, il suffira de lui laisser le PC allumé sur la page 7sur7 qui expliquera tout bientôt à ces Messieurs la recette du plaisir féminin...

Il ne faut jamais dire fontaine, je ne boirai de ton eau
Finalement, il n'y a pas souvent lieu de s'inquiéter démesurément devant un homme frileux avec le cunniligus. Attention, pas question pour autant d'y renoncer et d'attendre d'être lassée et aigrie pour lui en parler, si le déblocage ne vient pas. Au moment d'aborder la question, n'en parlez pas comme d'un problème existentiel grave à résoudre par A+B. Soyez subtile. Avancez la question comme une envie, un fantasme, pas comme quelque chose de "normal" que vous attendez de lui. Essayez de titiller sa curiosité, d'expliquer en lui susurrant les mots à l'oreille, ce que vous aimeriez qu'il vous fasse... Laissez un peu de flou, juste de quoi bousculer sa libido...

Aucune pratique sexuelle n'est un dû, et ne faites pas les choses pour qu'on vous les donne en retour. Vous pouvez bien sûr être tombée sur un égoïste, qui fait l'amour comme s'il était seul et qui ne se préoccupe pas de votre plaisir. Cet énergumène-là court aussi beaucoup les rues, malheureusement. Mais entre nous, si c'est un comme ça qui est dans vos draps, soyons honnêtes, vous ne le garderez pas. A moins de bien le dresser, s'il est encore récupérable. Mais un homme comme ça, sérieusement, qui en voudrait? Il ne mérite pas que l'on se pose mille questions à son sujet... Un autre que lui sera ravi de faire honneur à notre petite fleur en même temps qu'il décrochera notre coeur.

( Source : 7sur7 )

16:58 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cunnilingus, homme, sexe, sex |  Facebook |

12/05/2009

Oh ouiiii chéri !

media_xl_912741

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important et la plupart des femmes sont globalement satisfaites voire satisfaites de leur vie sexuelle, selon une enquête du mensuel gratuit Dialogue & Santé. Ce dernier indique 14% attribuent une cote de 9 ou 10 à leur vie sexuelle et environ 50% une note entre 7 et 8.

Trop de pression, moins de libido
L'enquête montre également que les jeunes femmes, plus souvent que les plus âgées, déclarent souffrir d'un manque de libido. La probabilité que la contraception hormonale ait une influence négative sur la libido est cependant relativement faible. "Les jeunes adultes veulent atteindre beaucoup d'objectifs en même temps, ce qui a pour conséquence qu'ils sont plus fatigués, stressés et parfois frustrés, ce qui est néfaste pour la libido", relève la gynécologue Mireille Merckx. "Les médias jouent également un rôle en diffusant des images et des opinions en termes de sexe qui sont en fin de compte éloignées de la réalité", constate-t-elle.

Mireille Merckx considère également que les femmes de plus de 40 ans se sentent mieux dans leur peau que les plus jeunes et ont plus de temps à consacrer à elles-mêmes et à leur relation. "Les plus âgées peuvent donc souvent profiter de leur seconde jeunesse, entre autres sur le plan sexuel".

Zut ma pilule
L'enquête s'est par ailleurs penchée sur la perception des femmes en termes de contraception. Il en ressort que 61,9% des femmes entre 25 et 54 ans ont recours à un moyen contraceptif. Par ailleurs, près de 45% des femmes qui utilisent la pilule déclarent oublier de temps en temps de la prendre et une femme sur dix qui l'utilise l'oublie au moins une fois par mois.

L'étude montre que 6 femmes sur 10 qui utilisent un moyen de contraception sont satisfaites. Environ 3 femmes sur 10 qui ont recours à un contraceptif ont déjà pensé en utiliser un autre.

Le mensuel a interrogé entre mi-novembre 2008 et mi-février 2009 1.434 femmes entre 16 et 54 ans. Les résultats complets de l'étude seront disponibles dans l'édition de juin du magazine. 

( Source : belga )

20:10 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, femme, sex, couple, plaisir |  Facebook |

L'amour à 20 ans ... ( Partouzes, etc ... )

media_xl_908842

Le sexe est un bonheur à chaque âge. Même si on a tous nos petites préférences, de grandes tendances se dessinent selon qu'on ait 20, 30 ou 40 ans. Tracey Cox, experte du sexe qui a publié le best-seller Sextasy, les dévoile et les analyse. On termine aujourd'hui par le sexe dans la vingtaine... 

Dans la vingtaine, les garçons ne pensent qu'au sexe.
85% des garçons âgés entre 20 et 30 ans pensent au sexe au moins une fois toutes les deux heures.

Au même âge, les filles ont des fantasmes lesbiens ou bi.
Imaginer ce que pourrait être l'amour avec une autre femme est presque toujours numéro un du top trois des fantasmes féminins.

Statistiquement, seulement 4% des femmes mettent leurs idées coquines en pratique. Mais selon Tracey Cox, si toutes les filles étaient honnêtes, ce chiffre serait drastiquement plus élevé.

Il y a pas mal d'incitations à passer à l'action: une étude datant de 2006 et s'étant intéressée au cas de 2.000 personnes différentes a démontré que 76% des femmes qui ont couché avec une des leurs ont atteint l'orgasme, tandis que "seulement" 50% des femmes qui entretiennent une relation avec un homme ont touché le septième ciel. Les lesbiennes ont, elles, le meilleur niveau de satisfaction sexuelle.

Presque tout le monde a essayé la position de La Brouette
C'est l'âge qui veut ça: dans la vingtaine, on essaie beaucoup de positions différentes et, frondeurs et souples, les jeunes n'ont pas peur de tenter les plus difficiles.

L'amour à trois
Une personne sur dix a déjà fait l'amour à trois et la majorité a tenté l'expérience au début de sa vingtaine.

L'amour à trois ou même, les partouzes, ne sont pas aussi banals que vous pouvez le penser. La majorité des gens qui ont essayé l'amour à plusieurs sont vite revenus au classique en duo. Ils ont renoncé à la bagatelle à plusieurs après une ou deux expériences.
Moins vous connaissez de gens impliqués, plus vous avez de chances de vivre l'amour à plusieurs comme une expérience positive.

C'est également dans la vingtaine que vous devriez passer la porte pour la première fois d'un club de strip-tease ou de lap-dance, accompagné de vos amis mais aussi (et c'est de plus en plus en vogue) avec votre moitié.

08:52 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : partouze, amour, vingt, 20, sexe |  Facebook |

11/05/2009

Le point G : On aura tout vu !

media_xl_911455

Vous avez sans doute entendu parler des injections faites au niveau de la zone érogène qu'est le point G afin d'aider les femmes à atteindre l'orgasme. Un sexologue néerlandais, Rik van Lunsen, appelle cette technique de la "plomberie génitale".

Un peu de collagène dans le point G
Cette chirurgie "esthétique" consiste à agrandir la zone du point G située à l'intérieur du vagin. Concrètement parlant, le médecin injecte du collagène ou de l'acide hyaluronique dans la zone érogène. Et cette chirurgie qui peut sembler un peu "barbare" a pourtant bien gagné en popularité aux Pays-Bas, où l'intervention a déjà été pratiquée des centaines de fois. Pour un coût avoisinant 500 à 1000 euros, explique le site néerlandais ad.nl. Des promesses qui sentent à plein nez le charlatan.

Un effet... plutôt psychologique
"J'ai de nombreux collègues qui ont déjà pratiqué cette intervention, explique le chirurgien plastique Berend van der Lei. Certains la pratiquent même jusqu'à des dizaines de fois par mois. Et si cette technique peut bel et bien aider certaines femmes à atteindre l'orgasme, c'est avant tout pour des raisons purement psychologiques. Car nous n'avons toujours aucune preuve médicale tangible que ces injections fonctionnent effectivement."

Y a-t-il seulement un point G?
"L'existence de ce fameux point G n'est même pas prouvée", renchérit le sexologue hollandais. "Cette intervention chirurgicale, c'est de la véritable plomberie génitale. Vous aurez de toutes façons des résultats plus efficaces en apprenant à connaître davantage votre corps, en découvrant votre intimité, en apprenant à jouer avec vos sensations et vos fantasmes", ajoute-t-il.

( Source : 7sur7.be ) 

14:00 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : point g, sexe, femme |  Facebook |

08/05/2009

L'amour à 40 ans ... ( moins de sexe, mst... )

media_xl_909717

Suite de notre série sexe. Alors, qu'est-ce que ça donne chez les 40 ans et plus?

Plus de la moitié des hommes ont déjà eu des problèmes d'érection
52% des hommes entre 40 et 70 ans ont déjà trouvé que leur pénis avait soudainement une vie qui leur était propre.

Presque la moitié sont infidèles
Les statistiques officiels montrent qu'entre 22 et 42% des quarantenaires sont infidèles mais Tracey Cox a étudié la question en profondeur. Même les gens qui se sont évalués comme "vraiment très heureux" ont déjà donné un coup de canif dans leur contrat de mariage. Ils ont deux fois plus de probabilités d'avoir eu une relation extraconjugale que ceux qui se sont dits "très heureux".

Seulement 25% des hommes ont déclaré, dans une autre enquête, qu'ils avaient "beaucoup de problèmes maritaux" avant d'avoir une maîtresse. C'était le cas de 48% des femmes. Alors, comment
faut-il être heureux pour résister à la tentation?

Le problème ici est que nous poursuivons tous "le bonheur ultime", attendant que nos vies deviennent fabuleusement romantiques et explosives niveau sexe.

Les choses qui nous rendent infidèles? Vous êtes une personne à risque si vous êtes en couple depuis longtemps, si vous avez eu un nombre élevé de partenaires avant le mariage, si vous êtes un homme, si vous vivez en ville et si vous pensez au sexe tous les jours.

Vous êtes plus susceptibles d'avoir des rapports sexuels non protégés
Les MST ont doublé en moins d'une décennie chez les gens de plus de 45 ans et augmentent plus rapidement que chez les adolescents. Les MST et les grossesses non désirées ne sont pas seulement un risque pour les plus jeunes.

Moins de sexe mais de meilleure qualité
Les gens de 18 à 29 ans ont des rapports sexuels en moyenne 112 fois par an. Les 30-39, environ 89 fois par an. A l'âge précis de 40 ans (joyeux anniversaire!), la moyenne baisse à... 69. Pas besoin d'être déprimé pour autant. La fréquence diminue mais le niveau de qualité est plus élevé.

Les hommes regardent régulièrement des films porno
Les quarantenaires forment les deux tiers des utilisateurs des sites Internet au contenu sexuellement explicite. La plupart des femmes de cet âge ont déjà aussi visité des sites porno. Fort heureusement, un tout petit nombre de gens (1%) devient dépendant. Parmi eux, 30% sont des hommes mariés.

( Source : 7sur7 )

09:44 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : couple, homme, 40, mst, sexe, femme |  Facebook |

07/05/2009

L'amour à 30 ans ... ( fessées, orgasmes... )

media_xl_908919

Suite de notre petite série sur les grandes tendances sexuelles qui se dessinent selon l'âge. Aujourd'hui, l'amour à trente ans, selon Tracey Cox, experte en la matière et auteur de Sextasy.

Presque tous les trentenaires font l'amour dehors
Un revival de l'adolescence, quand nous vivions nos premiers émois à l'arrière d'une voiture, dans un champ en plein été ou dans les bois en vitesse: la plupart des trentenaires font l'amour dans des endroits publics sans (trop de) complexes. Où? Dans les coins sombres d'un parc, sur une plage ou dans votre jardin, voici les trois endroits préférés par la majorité.

Fessée, bondage et yeux bandés
Environ 20% des trentenaires épicent leur vie sexuelle avec ce genre de choses. La majorité se contente d'attacher gentiment les mains de leur partenaire aux barreaux du lit ou sur une chaise. Seul 5 à 10% passent au niveau supérieur: le sadomasochisme.

Vous avez des enfants et dites bye bye à votre vie sexuelle
Allons, allons, des statistiques démontrent que ce n'est pas aussi mauvais que ça. Pendant la grossesse, les couples font généralement l'amour quatre à cinq fois par mois. La plupart arrête d'avoir des relations pendant sept semaines, après l'accouchement, mais quatre mois plus tard, la majorité revient à sa moyenne de quatre à cinq fois par mois.

L'allaitement ne semble pas avoir d'influence là dessus. Six mois après l'accouchement, les couples dont la femme nourrit le bébé au sein font des galipettes de trois à cinq fois par mois.

Voilà pour les statistiques officielles. Mais la sexologue affirme qu'ils ne correspondent pas à la réalité. "Mon estimation personnelle est que la majorité des couples font l'amour une fois par mois lorsqu'ils ont des enfants en bas âge et la fréquence des rapports sexuels ne revient pas à la normale pendant les deux ans qui suivent la grossesse."

Le conseil de Tracey Cox: "Arrêter de prétendre que c'est faux, au lieu de vous rassurer les uns les autres. C'est un problème temporaire, tentez les petits coups vite fait bien fait au lieu des relations avec entrée-plat-dessert."

Oh ouiiii!
90% des femmes de trente ans connaissent régulièrement l'orgasme, alors que ce n'est le cas que pour 23% des plus jeunes. La majorité l'atteigne grâce à la masturbation et le sexe oral.

Une enquête a révélé que les femmes mariées trouvent que le sexe oral est la chose la plus agréable dans leur relation sexuelle. Dans les années 1930, 44% seulement admettaient aimer qu'on descende à la cave. Aujourd'hui, les trentenaires sont 87% à adorer le sexe oral. Les 13% restantes sont debout, au bord de la falaise et prêtes à sauter... Ce n'est qu'une question de temps.

( Source : 7sur7 )

15:35 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, amour, couple, orgasme |  Facebook |

06/05/2009

Ne pas tout dire aux copines !

media_xl_901259

Entre nanas, la papote, ça nous connaît. Et la solidarité aussi. Dieu sait pourquoi nous sommes faites ainsi, mais nous sommes sûres d'une chose: nous sommes capables de raconter notre vie comme personne. Et en détails s'il vous plaît. A ce jeu-là, rien à redire, on les meilleures. Et on se surpasse tant dans l'emphase que dans l'art de la formule. La critique, la complainte, la description des sentiments et des grands moments: les copines n'en ratent pas une miette.

C'est comme si elles y étaient, et nous aussi, car on revit presque les situations qu'on leur dépeint. Seulement voilà, il arrive un moment où tant d' "honnêteté" et de transparence, si on peut appeler ça comme ça, pose problème. Pourquoi?

1. Parce qu'on est pas face à la meilleure personne pour nous aider
Une copine n'est pas - en général - une psy. Dans cette mesure, elle n'est pas toujours l'interlocuteur le plus nuancé, le plus neutre, le plus adapté pour entendre certains aspects de votre intimité et de vos problèmes. Une copine reste une copine, ne lui donnez pas le rôle de quelqu'un d'autre. Elle n'est pas un observateur extérieur, car elle a aussi son vécu, ses problèmes, ses propres préoccupations et surtout une place dans votre vie. Et vous dans la sienne.

Comment dans ce cas mettre les choses en perspective de façon objective? Si elle connaît les intervenants de la situation que vous racontez, elle a déjà ses a prioris, son expérience avec eux, et avec vous aussi. Une amie aura tendance à vous défendre. Une amie mal dans sa peau saura en profiter pour (même malgré elle) vous accabler. Réfléchissez donc toujours bien à la personne à qui vous vous adressez et à sa capacité à vous aider dans ce contexte spécifique.

2. Parce que les nouvelles vont vite

On le sait en général depuis la maternelle, quand votre lutin de camarade de bac à sable est allé vous dénoncer à la maîtresse. Cela a continué avec le délation d'une copine de troisième primaire, qui a allègrement répété qui était votre amoureux à toute la classe. Ca s'est achevé par la traîtrise ultime de votre meilleure pote de secondaire, qui a balancé, après une dispute, que vous aviez déjà couché avec votre petit ami. Et pourtant, c'est en toute confiance que vous aviez, fébrile, fait part de votre grand secret (de polichinelle, d'accord).

Adulte, la leçon ne vous a pas toujours servi. Vous avez, indignée, déversé votre fiel au sujet du patron auprès de votre gentil collègue, et vous vous étonnez que cela sorte en réunion. Vous avez avoué avoir des problèmes de couple à une amie, et son mari a appris à votre conjoint que vous vous sépariez. Ah bon, première nouvelle. Attention à ne pas malgré vous vous retrouver au centre de ragots. Même si cela ne part pas d'une mauvaise intention de la part de votre entourage, les on dit peuvent causer bien du tort. Et là, on se dit parfois qu'on aurait mieux fait de se taire...

3. Parce qu'elles ne sont pas là que pour ça
Se confier, partager, s'exprimer, se décharger, c'est bien. Ne faire que ça, pas. Le sacro-saint réflexe du coup de téléphone pour relater en live tout ce qui va, ne va pas, contrarie, fait rire ou révolte, on l'a presque toutes. Seulement voilà, faisons le compte à la fin d'une semaine de la proportion d'informations qu'on a données en direct à notre amie: c'est hallucinant. De son côté, elle fait pareil? C'est déjà ça, vous ne l'accablez pas que par vos petits soucis, elle a sa place aussi.

Mais n'oubliez pas que les amies ne sont pas là que pour ça. Vous pensez avec nostalgie aux coups de fil que vous passiez pour arranger un week-end ou vous taquiner l'une l'autre? Revenez-en aussi un peu à ça. Repassez du temps à parler de tout et de rien. Et n'oubliez pas que de toutes façons, votre amie ne pourra jamais décider ou réagir à votre place. Il y a des moments et des choix dans la vie devant lesquels ont est radicalement mais temporairement seuls.

4. Parce qu'à trop raconter, on dramatise
Ah oui l'emphase qui nous caractérise amuse les copines qui sont, on le sait, bon public. Et nous encouragent parfois même à nous surpasser. Mais attention aux excès. Trop de détails tuent le détail. Et la tendance hyper féminine à tout analyser dans le moindre détail est un danger décuplé avec l'émulation du groupe de copines. L'une ou l'autre trouvera toujours une interprétation tirée par les cheveux à laquelle vous n'aviez pas encore pensé. Ou pour trop vous conforter dans un mauvais sentiment, peut-être non justifié qui plus est! Vous seule vivez la situation, la conversation, un sentiment. Vous seule savez à quoi vous en tenir, et vous seule devez savoir quand relativiser.

Et trop raconter ce que l'on ressent a parfois l'effet très pervers de mettre dans votre esprit encore plus de désordre qu'à l'origine. Et quand vous essayez de vous changer les idées, malheureusement quelqu'un risque toujours de revenir avec le sujet sensible. Gardez-vous des "points de chute" où vous n'avez pas à aborder ce qui vous hante déjà assez. A ne parler que d'un seul problème, on lui donne parfois trop d'importance.

5. Par respect pour celui dont on parle
Certains détails, réputés croustillants dans les conversations entre filles (et entre hommes aussi d'ailleurs) relèvent uniquement de l'ordre du privé. Il faut savoir faire la différence entre raconter sainement ce qui nous fait rire ou nous inquiète, pour avoir un conseil ou un soutien, et ce qui relève trop de l'intimité de l'autre. Vous n'aimeriez pas que vos tabous ou blocages soioent répétés à tout va, faites-en autant pour votre compagnon.

C'est lui le premier concerné, c'est à lui de savoir où vous en êtes avant d'en faire part à la terre entière, question de respect, et de faire les choses dans l'ordre aussi. Même en dehors du champ du couple, essayez de temps en temps d'imaginer ce que ressentirait la personne dont vous parlez à votre interlocuteur si elle vous entendait. Si vous l'imaginez blessée, sans doute est-ce le moment de mesurer vos propos et d'éviter de prononcer des mots qui vont trop loin. Votre liberté de bavardage s'arrête, sans doute, là où commence le respect de celui dont on parle.


( Source : Annabel Claix - sur 7sur7.be )

08:00 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : copine, femme, histoire |  Facebook |