02/03/2009

Découvrez le 'Point G' de votre homme !

large_834101

Si quasiment chacun d'entre nous connaît l'existence (peut-être pas la place, c'est vrai) du sacro-saint point G féminin, peu peuvent se targuer d'avoir déjà localisé cette zone sensible masculine qu'ils ont pourtant aussi: la prostate. Sans doute est-ce parce l'endroit est plutôt - certains diront "rebutant" - "étrange" à explorer. Mais si d'aventure vous vous décidez à tenter l'expérience, sachez que c'est l'orgasme le plus fou de votre vie qui vous attend...

Découvrez votre point G
Le point le plus chaud de l'anatomie masculine n'est effectivement pas des plus faciles à trouver. Et il faudra sûrement faire preuve de patience. Installez-vous sur le dos et levez les jambes. Vous pouvez vous appuyer sur le mur ou le bord du lit. Une fois confortablement installé, commencez par un léger massage circulaire dans la zone anale, premier pas que la plupart des hommes trouvent déjà très agréable. Utilisez votre index pour commencer votre voyage initiatique, jusqu'à essayer de délicatement pénétrer votre anus, mais en douceur et en prenant tout le temps nécessaire. Partez ensuite à la recherche de votre point G, petite bosse de la taille d'une noix et qui se trouve à plus ou moins cinq centimètres de profondeur, pas davantage.

Comment le stimuler?
Le plus important dans l'étape "stimulation" du point G est de vous sentir détendu et confortablement installé, en commençant par un bain chaud ou une douche brûlante. Il y a bien sûr d'autres façons de titiller votre point sensible, et si on conseille aux débutants d'opter pour les doigts dans un premier temps, vous pouvez aussi utiliser un lubrifiant. Le maître mot étant toujours de voir ce qui vous convient le mieux à vous. Certains hommes préfèreront de légers effleurements, d'autres une pression continue sur la prostate.

Le rôle du partenaire
Gardez à l'esprit qu'il faut laisser au corps le temps de s'habituer, et de réagir. D'autre part, vous pouvez ne pas apprécier ce moment la toute première fois, ce qui est fondamentalement naturel! Mais la fois suivante sera certainement la bonne, plaisir absolu à la clé. Impliquer votre partenaire dans cette recherche du point G peut être un moment très intense et agréable à partager. Donc un dernier petit truc à l'intention des dames intéressées: c'est quand on titille simultanément leur prostate et leur pénis que la plupart des hommes deviennent complètement... fous! A bon entendeur...

18:15 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : homme, point g, femme, sex, sexe |  Facebook |

26/02/2009

Une femme sur 4 ne se masturbe pas !

large_827921

Une femme sur quatre ayant participé à notre enquête sur votre vie sexuelle ne se masturbe jamais. Celles qui optent pour les plaisirs en solo le font dans leur lit (27%) ou à l'aide d'un sex-toy (20%). Les hommes préfèrent s'y adonner devant un porno (42%), dans leur lit (16%) ou sous la douche (16%). Les livres ou les toilettes publiques ne sont pas très populaires pour ce genre d'activité (1 à 3%).

Vous avez été 20.754 surfers - dont 1.244 francophones) à répondre à notre enquête 7sur7-Pabo "Quel coquin êtes-vous?", dont 14.576 hommes et 6.178 femmes. 2.000 participants avaient moins de 20 ans, et 611 avaient plus de 60 ans.

Curiosité ou sagesse?

La moitié (51%) se déclare "curieux" en matière sexuelle, et ce, quel que soit l'âge. 30% se disent "audacieux" tandis que 15% se déclarent "sages". Un petit 4% se considère comme "expert" en la matière. Mais est-ce que cela se vérifie dans les faits? Les hommes aiment tester de nouvelles expériences mais dans une certaine limite tout de même.

La moitié affirme également pratiquer plusieurs fois par semaine. Par contre, les femmes semblent plus actives puisqu'elles sont 59% à déclarer faire l'amour plusieurs fois par semaine, contre seulement 47% des hommes. 18% des sondés quelques fois par mois, 16% une fois par semaine, mais vous n'êtes que 6% à vous envoyer en l'air tous les jours. 5% quelques fois par ans et 2% jamais ou rarement.

45% - hommes comme femmes - se disent satisfaits de cette fréquence, mais ne seraient pas contre un peu plus de , 30% n'en veulent pas plus, ni moins (en particulier chez les plus de 60 ans). Un quart préférerait vraiment augmenter la fréquence et personne ne souhaite ne faire moins. Concernant la période, la majorité ne calcule pas, c'est quand vous voulez! En particulier, ces messieurs qui sont 57% à n'avoir aucune restriction d'heure ou de planning. 27% des participants sont définitivement du soir et 9% sont plutôt du matin. 6% se réservent pour le week-end.

C'est l'amour à la plage...
Ah, l'amour à la plage ou dans l'herbe, voilà qui vous donne des envies ! 45% déclarent que la plage ou la nature est le lieu le plus fou où ils ont batifolé. Viennent ensuite la voiture (pour 14%) et une pièce autre que la chambre de la maison (8%). 6% sont des inconditionnels du lit, alors que 6% avouent avoir testé leur lieu de travail. 6% ont osé s'étreindre sous le toit de leurs beaux-parents et 5% dans des toilettes publiques.

En tout cas un tiers profitent le plus de ces moments lorsque ces ébats sont inattendus, suivis de ceux (surtout celles) qui aiment prendre leur temps (31%). Restent ceux qui aiment se faire dorloter (9%), ceux qui profitent de l'absence de leurs enfants (8%) et ceux qui atteignent l'orgasme (7%).

Comment?
Parce que ce n'est pas tout de savoir où, encore faut-il varier les plaisirs. Alors, dans quelle position partez-vous au septième ciel ? 39% se disent « sans limite », 20% préfèrent voir la femme au-dessus (contre 9% pour les hommes dans cette position) et vous êtes 14% à apprécier la levrette. 5% optent pour le 69, 4% le sexe oral, 3% le sexe anal et 1% debout.

Avec qui?

Vous êtes 26% à avoir eu entre 5 et 10 partenaires sexuels, contre 21% à n'avoir partagé sa couche qu'avec une seule et même personne. 10% en compte entre 10 et 20 et 8% en ont eu plus de 20.

Près de deux tiers des répondants affirment qu'ils ne tromperont jamais leur moitié, alors que 20% sont déjà passés à l'acte.

Avec quoi?
L'heure des sex-toys a sonné, vous êtes 21% à en utiliser plusieurs, 17% à opter pour le godemiché et 16% a vous caresser grâce à l'huile de massage. Ce sont surtout les femmes qui osent tester en premier ces fameux jouets. 29% des sondés n'ont pas encore osé passer le cap mais comptent bien s'y essayer d'ici peu tandis que 9% sont totalement contre cette idée.

Au rang des fantasmes, vous êtes 33% à vous imaginer dans une partie de jambes en l'air à trois (plus particulièrement les hommes) tandis qu'un quart préfèrent exercer leur talent de comédien à travers des jeux de rôles (surtout pour les moins de 20 ans et les plus de 60 ans). 11% rêvent d'un homme ou d'une femme plus âgée ou plus jeune. Les femmes fantasment également sur... les femmes (14%). Les relations avec les collègues/patrons (4%), les simulations de viol (4%) et le sado-masochisme (3%) sont les moins populaires.

Techniques de séduction
Pour séduire votre partenaire, près d'un tiers font glisser leurs doigts sur leur corps pour un massage sensuel, près d'un quart font confiance à leurs baisers fougueux, 14% pavoisent en lingerie fine, 10% se laissent faire et 9% envoient des messages coquins. Les repas, les strip-tease et les cadeaux coquins ferment la marche.

Concernant les zones les plus érogènes, vous avez été 60% à voter pour les zones intimes (chez les hommes plus spécifiquement). Suivent les tétons (13%), le cou (10%), le lobe de l'oreille (7%) et les cuisses (6%).

Satisfaction

Au final, vous êtes une majorité (53%) à être satisfaits de votre vie sexuelle même si on peut toujours faire mieux. 22% à être totalement contents (surtout les femmes). Le reste des votants n'étant pas satisfaits de leur relation. ( Source : 7sur7.be ) 

18:20 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sex, masturbation, femme, sexuel |  Facebook |

La prostitution dans les camps !

large_823410

Le destin des femmes forcées à la prostitution dans les camps de concentration nazis, tabou même pour d'anciens déportés, fait l'objet d'une exposition itinérante en Allemagne, qui débute au mémorial du camp de Ravensbrück.

Entre 1942 et 1945, au moins 200 prisonnières ont été contraintes de se prostituer dans les bordels de dix camps de concentration, selon l'historien allemand Robert Sommer, qui a identifié 170 de ces femmes.

Bordels

A peu près "70% étaient des Allemandes, considérées comme asociales par les SS, les autres venaient de Pologne, d'Ukraine, du Bélarus ou des Pays-Bas", indique M. Sommer. La plupart ont été recrutées dans le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, à une cinquantaine de kilomètres de Berlin, où certaines purgeaient une peine pour prostitution dans le civil, et dans le camp d'Auschwitz (aujourd'hui en Pologne).

La construction de bordels dans les camps de concentration fut décidée par le chef de la SS Heinrich Himmler en 1941, pour améliorer la productivité des prisonniers et lutter contre les pratiques homosexuelles. "Au début, les SS cherchaient des femmes volontaires" contre la fausse promesse d'une libération, explique Robert Sommer, "mais il a fallu ensuite en trouver de plus en plus", que les nazis ont alors recrutées de force.

Question de survie
"Pourquoi nous étions là? On ne nous en a rien dit", a rapporté une prisonnière dont le témoignage anonyme est présenté dans l'exposition. Dans les baraquements chauffés qui servaient de bordels, la nourriture et l'hygiène étaient un peu améliorés par rapport au reste des camps de concentration. Presque toutes les femmes qui y ont été enfermées ont survécu.

"Nous nous sommes résignées à notre sort. Nous nous disions: c'est toujours mieux que (les camps de concentration de) Ravensbrück ou Bergen-Belsen", poursuit le témoignage. "Le travail sexuel était organisé de façon bureaucratique", explique M. Sommer, qui présente aux visiteurs plusieurs cartes d'identification portant le code 998, celui des prostituées des camps, et des coupons qui permettaient aux prisonniers récompensés pour leur travail d'effectuer une visite au bordel.

Honorable

La fréquentation des bordels, interdite aux juifs ou aux prisonniers de guerre soviétiques, ne concernait qu'une infime minorité de la population des camps - 1% des prisonniers y avaient accès, selon l'historien. Ceux qui visitaient le bordel étaient "honorables", juge l'ancienne prostituée. "Simplement des hommes, heureux d'avoir une distraction humaine", peut-on lire dans son témoignage.

Certains prisonniers politiques ont tenté de résister à l'ouverture des bordels, et d'organiser leur boycott. Les résistants de Buchenwald craignaient que les lieux soient utilisés pour les espionner. Après la guerre, les victimes se sont tues, par honte mais aussi pas peur d'être considérées comme "collaboratrices". "Aucune (des femmes identifiées par M. Sommers) n'a reçu de réparation après 1945 pour leur exploitation sexuelle", indique-t-il.

Les responsables des lieux de mémoire ont également "refusé pendant longtemps de communiquer sur ce thème, pour ne pas donner une fausse image de la situation dans les camps de concentration", expliquent les organisateurs de l'exposition. Celle-ci fera trois étapes en Allemagne avant d'être présentée courant 2010 à Rome. Une première exposition en 2005 à Vienne, puis à Ravensbrück, avait levé le voile sur le sort de ces femmes. (belga)

09:07 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nazi, allemagne, prostitution, camps, guerre |  Facebook |

17/02/2009

Les 5 erreurs habituelles en amour ...

couple

On a beau s'être planté plusieurs fois, en amour, les expériences semblent avoir du mal à s'imprégner durablement dans notre cerveau. Nous commettons sans cesse les mêmes erreurs et nous nous étonnons encore de verser des larmes amères...

Il est temps de regarder les choses en face et de remettre nos oeillères à leur place, si on en est là, c'est aussi de notre faute.

1. Obstinée, vous? Si peu...

Il a beau avoir agi comme un salaud avec vous, dès qu'il sonne à votre porte, vous ouvrez et vous souriez et vous effacez tout et reprenez là où vous en étiez: c'est-à-dire nulle part. Allez savoir pourquoi nous nous obstinons parfois à revenir dans les bras de cet homme qui ne nous rend pas heureuse et ne nous respecte pas? Le jeu du chat et de la souris n'est agréable que lorsque les rôles s'échangent en temps en temps... sinon vous ressemblez plus à un âne qui avance sans réfléchir derrière sa carotte.

2. Mais non je ne brûle pas les étapes
Vous venez de rencontrer Paul et vous vous faites déjà un vrai film romantique, ça y est, c'est le bon, il aime lui aussi les vacances à la plage... Vous ne croyez pas que vous allez un peu vite là? Le coup de foudre existe peut-être mais la majorité des relations prennent du temps à se construire et même si vos sentiments sont forts, gardez un minimum les pieds sur terre et ne commandez pas les faire-part pour le bébé après un mois.

3. Un mensonge? Deux mensonges...
Vous voulez vraiment baser votre relation sur le mensonge? S'il vous ment pour des broutilles, comment lui faire confiance pour le reste et pourquoi stopperait-il ses mensonges? Après il ne faudra pas vous plaindre.

4. Il va changer...

Pourquoi nous obstinons-nous à rester avec un homme qui ne nous correspond en rien? Vous pensez vraiment pouvoir le changer? Oubliez! Il y a une différence entre modifier quelques petits détails et transformer la nature profonde de quelqu'un. Il est temps de chercher un homme avec lequel partager des passions communes.

5. Sexe ou sentiments?
Ne confondez pas intimité physique et lien sentimental. Si vous vous retrouvez régulièrement sous les draps avec Julien, cela ne veut pas forcément dire que le dit Julien a des sentiments profonds pour vous. L'acte sexuel n'est pas toujours le reflet d'une vraie relation. Vous ne pourrez pleurer que sur votre sort si vous confondez les deux. ( source : 7sur7.be )

18:12 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, erreur, couple, sexe |  Facebook |

29/01/2009

Les femmes agacent les mecs !

art_large_768545

Les hommes aiment les femmes pour des tas de raisons: leurs rondeurs, leur sourire, leur odeur, la façon dont elles marchent, dont elles parlent... Mais il faut l'avouer, certaines attitudes les énervent...

1. Langues de vipère

Pourquoi est-ce que les femmes ne peuvent s'empêcher de répandre leur venin? En particulier si elles parlent d'une autre fille? Franchement, elles auraient plus de classe en complimentant sincèrement les autres nanas. Pas besoin de souligner la tenue de celle-ci, ou la coiffure ratée de celle-là, les mecs n'en ont rien à faire et on se fait passer pour des mesquines.

2. L'art du langage

Le fameux "tu penses à quoi?", une façon détournée mais évidente pour sonder les sentiments de leur amoureux. En plus, les questions ça les stresse les mecs, ils ne savent pas quoi répondre, n'ont même pas encore eu le temps d'analyser leurs pensées qu'on les bombarde de questions.

Deux secondes, on les laisse cogiter et après on pose les questions "t'avais pas l'air bien l'autre soir, souci au boulot?". Comme ça vous ne tournez pas tout vers votre petite personne, et s'il répond "non, tout va bien", vous lui faites confiance et vous vous arrêtez-là.

3. Jalousie quand tu nous tiens
Souvent, le simple fait de prononcer le nom d'une fille transforme les jolies princesses que nous sommes en tigresses. "Et c'est qui? Et pourquoi tu parles d'elle? Je sais que tu la trouves bien...blablabla". Du calme, vous aussi mesdames vous parlez de mecs (collègues ou amis) et il ne faut pas forcément y voir une rivalité. Pas besoin d'entrer dans la troisième guerre mondiale pour si peu.

4. Fausse pudeur
Beaucoup de femmes jouent aux effarouchées alors qu'elles sont loin d'être des filles sages. Que ce soit sur le nombre de leurs conquêtes ou lorsqu'elles jouent aux saintes ni touche, ça agace les mecs. Il n'y a aucune honte à s'amuser, donc mieux vaut assumer.

5. Je suis moche...
D'accord, les hommes, on veut qu'ils "nous protègent, qu'ils soient forts et prêts à tout pour nous sauver", mais de là à attendre qu'ils nous sortent de nos psychoses, il y a un pas qu'ils ne franchiront pas. Si vous êtes tellement peu sûres de vous, au point d'avoir besoin de sa présence à tout moment et qu'il vous rassure sur votre beauté, votre intelligence, votre sens de l'humeur... à longueur de journée, il est temps d'aller rendre visite chez un psy car vous frôlez l'obsession.

Difficile d'aimer quelqu'un sans s'aimer soi-même, donc ne comptez pas sur lui pour vous apporter ce qui vous fait défaut car il ne parviendra pas à combler ce manque de confiance en vous.

6. Emotions excessives
Evitons de pleurer pour un rien, on est pas des chiffes molles, les filles! D'accord, parfois on utilise cette arme pour faire craquer notre chéri, mais avouons: s'ils pleurnichaient eux aussi pour des bêtises, vous ne les prendriez plus au sérieux.

Votre coiffeur a massacré vos cheveux? Un centimètre plus court, c'est pas la mort, ça va repousser! Votre collègue vous a dit que vous aviez un peu grossi? Pfff, n'importe quoi! Et surtout, surtout, n'espérez pas qu'ils vous donnent raison pour des sujets aussi futiles. Les hommes et le réconfort, ça fait deux, donc mieux vaut garder ses bonnes intentions pour les vrais moments difficiles.

7. Parler, parler, parler...
Pas besoin de tout raconter à votre homme, gardez-en pour vos copines, elles seront ravies de pousser des "oohh" et des "aaaahhh" ou encore des "aaargghh" en vous écoutant sagement expliquer votre visite chez le dentiste. Votre mec, lui, il préfère que vous gardiez votre salive pour des infos plus intéressantes. Pas qu'il ne s'intéresse pas à vous mais il choisira toujours la version la plus courte de vos péripéties.

8. L'obsession du shopping

Rien à faire samedi? Pourquoi toujours penser au shopping??? Surtout si c'est pour vous suivre dans 45 magasins (toujours les mêmes en plus) et vous donnez un avis que vous ne suivrez pas... "Mais si, c'est super à la mode, je l'ai vu" ou pire "Quoi? ça me va pas, c'est ça? Je suis moche, j'ai grossi, j'ai une tête de cadavre..." et c'est la catastrophe! Les hommes aiment profiter de nos tenues, pas les chercher avec nous. Ils préfèrent le résultat à la recherche.

9. Utiliser le sexe comme chantage
On évite toujours d'attaquer son homme là il sera le plus blessé: son amour propre et en particulier concernant ses exploits (ou débandades) sexuels.

10. Vie privée
Non, ce n'est pas parce que vous vivez en couple que cela vous donne le droit d'aller fouiller dans ses affaires et de vous mêlez de tout. Vous avez votre jardin secret, lui aussi, et c'est normal. Donc, on lui laisse de l'air libre, du temps avec ses potes et on en profite pour faire des trucs avec nos copines à nous.

Bon... rien de très grave là-dedans, mais soyons honnêtes, nous ne sommes pas des anges. Et puis, ils nous aiment aussi pour ces petites choses, mais parfois ça les agace et on peut les comprendre... Nous sommes parfois de vraies hystériques alors on se calme et on respire.

Un article de : Caroline Albert ( 7sur7.be )

18:33 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mec, femme, nana, gars |  Facebook |

22/01/2009

Sex friend !

h-3-1396069-1232619309

Depuis quelques mois je lis pas mal d'articles sur les sex-friends dans les magazines féminins. Un mec avec qui tu couches, avec qui tu peux discuter, mais avec qui tu ne t'engages pas, ça fait rêver, non? Parce que le sex friend, c'est un peu comme le sexe pour les paresseuses... Tu te trouves un pote mignon, avec qui la confiance règne. Et quand t'as envie d'un câlin ou d'une galipette, hop il rapplique!

Ma copine Camille fait ça depuis quelques mois avec un pote à elle. Ils se voient en soirée, ils sont dans la même bande, ils ne font rien voir. Mais en lousdé des autres, hop ils s'amusent d'une autre manière. Elle me garantit qu'elle n'en souffre pas, et que lui non plus. « C'est juste pour le fun ».

Sur le coup, je me suis dit que c'était vachement bien. J'avais oublié que j'avais fait l'expérience avant même de connaître le mot. Et que j'en avais bavé. Que j'avais pas mal souffert, et que j'avais emmerdé mes copines avec mes doutes existentiels pendant trop longtemps. Parce qu'au départ, c'était plutôt cool. On s'entendait vraiment bien. On aimait aller danser tous les deux, on allait au cinoche entre potes, et puis de temps en temps, quand ça nous prenait, hop! Un petit bisou, puis deux puis trois... et sans savoir comment, on était nus dans un lit! Et on avait passé un très très bon moment. Mais le problème, c'est que c'était si bien que je suis tombée amoureuse... bah ouais, trop facile sinon...

Depuis, j'ai trouvé beaucoup mieux: je couche avec un inconnu. A qui je ne parle de rien d'autre que de cul, et qui ne me parle de rien d'autre que de cul. Si ce n'était pas un bon amant, je crois que je l'apprécierais même pas. On n'a rien en commun: il n'est pas du tout mon style.

L'intérêt, c'est que je me sens quand même moins seule, mais que je ne m'attache pas du tout. Parce que le sex friend, c'est beau sur le papier. Mais dans la vraie vie, y en a toujours un qui s'attache ou qui a un désir d'engagement, de plus. Et j'anticipe déjà que ça va être moi. Et je détesterais avoir le mauvais rôle: être celle qui ne s'attache pas et dire à l'autre « je suis désolée, pour moi ce n'était qu'un jeu... »

11:42 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : friend, sex |  Facebook |

21/01/2009

Barbara, l'amie de Belmondo, nue !

50246_MS_BarbaraGandolfi_06_123_576lo

On peut en douter mais Barbara Gandolfi (33 ans) affirme qu'il ne s'est jamais rien passé entre elle et Jean-Paul Belmondo: “ Il n'y a que de l'amitié, on va au restaurant, on voyage, rien de plus ” Quand on admire les photos de la belle, on se pose quand même des questions...

50889_MS_BarbaraGandolfi_PB090304_123_501lo_1_

51034_barbara5_123_337lo_1_

Barbara_Gandolfi

51017_barbara2_123_598lo_1_

16:29 Écrit par Dakeyne dans People | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : barbara, gondolfie, nue, belmondo, oostende, gandolfie |  Facebook |