30/04/2009

Avez-vous déjà fait l'amour à 3 ?

media_xl_905132

Vous seriez 60%, Mesdames, à être tentées par un peu de piment dans votre vie sexuelle. Le Nord du pays serait un peu plus aventureux que la Wallonie, avec quatre Flamandes sur dix qui déclarent avoir déjà tenté le triolisme (le nom dorénavant donné aux parties de jambes en l'air... à trois), révèlent-elles dans l'hebdomadaire Flair. Mais les experts se posent pas mal de questions sur les résultats de cette enquête.

Vie sexuelle en termes de fréquence
L'enquête révèle que trois-quarts des Flamandes font l'amour en moyenne deux fois par semaine. Mais plusieurs sexologues flamands remettent le sondage en question et ne croient pas nécessairement à la véracité de ces résultats. Selon Alexander Witpas, sexologue, " les femmes voudraient certainement faire l'amour aussi souvent, mais elles ne le peuvent vraisemblablement pas toutes. Je pense que si les gens prévoyaient simplement plus de temps pour le sexe, ils seraient déjà nettement plus satisfaits de leur vie intime".

Une autre sexologue, Eva Ferrari, explique son interprétation de l'enquête au journal Het Nieuwsblad: "Je suppose que l'étude a été menée sur des jeunes filles et femmes entre quinze et vingt-cinq ans. Il est donc normal qu'elles passent tant de temps au lit avec leur partenaire! Elles ont plus de temps et ont encore une vie sexuelle très active".

Des attentes irréalistes
D'autre part, le fait que ce même groupe d'âge espère un peu plus de changements au niveau sexuel est, selon la spécialsite Rika Ponnet, absolument normal. "Faire son expérience, cela fait partie de la vie". Que les femmes souhaitent pour la plupart vivre et essayer de nouvelles choses sur le plan sexuel a, selon Rika Ponnet, tout à voir avec l'âge. Mais Alexander Witpas estime quant à lui que les femmes plus âgées ont elles aussi envie de bousculer leurs habitudes sexuelles. "La majorité d'entre elles vivent une longue relation fixe et bien établie, ce qui a rendu leur vie sexuelle moins originale et moins 'sauvage'. On peut aussi imputer aux films à l'eau de rose un romantisme et des attentes complètement surréalistes", explique-t-il.

Et si on faisait ça à trois?
Quant aux 40% de femmes ayant déjà essayé l'amour à trois, les spécialistes n'y croient tout simplement pas une seconde. "Que cela soit un fantasme, d'accord. Mais qu'elles l'aient toutes mis en pratique, certainement pas", concluent-ils. 

( Source : Flair & Photo : 7sur7.be )

13:27 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, trio, trois, homme, femme, baise |  Facebook |

Nouveau scandale de Lalanne !

Direct8_new_2008


Hier, mercredi, Francis Lalanne était l'invité de l'émission Morandini! sur Direct 8. Dès le début de l'émission, le chanteur s'est montré très nerveux, refusant à plusieurs reprises de répondre à  Paul Wermus en particulier quand ce dernier lui a demandé: "Mais vous saviez où vous alliez en acceptant de vous rendre chez Ruquier ?"

Francis Lalanne s'est néanmoins exprimé sur Eric Naulleau, estimant qu'il avait été insulté et que "Patrick de Carolis ne devrait pas accepter ce personnage sur son antenne et qu'il devrait le licencier après sa prestation de samedi." Ajoutant: "Les artistes doivent se mobiliser contre lui et il faut que ce qui s'est passé samedi serve au moins à ça !"

Alors qu'il parle de respect, Jean Marc Morandini, lui fait remarquer que "le respect doit être réciproque et ce n'est pas le cas si il est vrai que Lalanne a traité Naulleau de grosse pute dans les coulisses".

Lalanne se met alors en colère estimant "qu'il ne devait pas parler de Naulleau", ce qu'il vient pourtant de faire pendant 15 minutes... C'était d'ailleurs la raison de sa venue sur le plateau. C'est cette séquence que nous vous proposons de regarder vous propose de regarder.

Pendant le reportage suivant cette altercation, hors antenne et devant le public, Francis Lalanne devient hystérique, hurlant et tapant sur la table devant les spectateurs médusés. La personne qui l'accompagne est obligée de venir le calmer.

La même scène va se reproduire, en coulisses, à la fin de l'émission avec un Francis Lalanne piquant une crise de nerfs dans les couloirs de Direct 8 devant Jean Marc Morandini et les chroniqueurs qui lui font face... Mais, il est impossible de parler avec lui, le chanteur hurlant de toutes ses forces. Après 15 minutes, il quitte finalement les studios...

 

08:05 Écrit par Dakeyne dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : direct8, lalanne, scandale |  Facebook |

29/04/2009

Un spray qui fait jouir !

media_xl_890811

Il était déjà bien connu pour aider les hommes souffrant de problèmes d'érection, mais le spray nasal érectile aurait maintenant aussi la vertu de stimuler la vie sexuelle des femmes. Les producteurs du spray prétendent désormais que celui-ci aide également les femmes à atteindre l'orgasme.

Un orgasme au quart de tour
Le spray nasal était à l'origine destiné à résoudre les problèmes d'érection. Mais voilà qu'on apprend aujourd'hui qu'il stimule aussi la production de dopamine dans le corps, cette hormone qui titille le fonctionnement des organes génitaux... tant des hommes que des femmes. Voilà pourquoi le produit est maintenant réputé pour aider les femmes à jouir, comme l'explique nu.nl. La société Advanced Medical Institute promet d'ailleurs aux femmes une vie intime palpitante avec un slogan plus qu'accrocheur: "Arrêtez de simuler, payez vous-en un vrai". Et la promesse peut bien être tenue, vu le coût du spray miracle: comptez six mille euros.

Détracteurs
Mais tout le monde ne semble pas emballé. "Quand une femme n'arrive pas à jouir, nuance le docteur David Malouf, il y a bien souvent des raisons psychologiques ou médicales. Et nous n'avons pour l'instant aucune preuve que ce spray miracle vienne réellement à bout de ce genre de problèmes." Mais selon le porte-parole de la société médicale Vaisman, "il a été prouvé scientifiquement que le spray résout les problèmes érectiles. Alors si nous pouvons aussi aider les femmes par ce biais, nous serions fous de ne pas en profiter!" 

09:07 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spray, nasal, jouir, femme |  Facebook |

28/04/2009

Je picole ... donc je suis !

media_xl_903962

Une méchante gueule de bois, on a toutes connu ça un jour ou l'autre. On partait pour un souper, un apéro, un drink au bureau, rien de bien méchant, et on se retrouve le nez dans les toilettes, le coeur qui tangue et la tête qui fait encore des basses.

Et puis toutes ces phrases qui me viennent à l'esprit, ça me fa-tigue. D'ailleurs tout me fatigue...

- Premier oeil ouvert: "Je travaille aujourd'hui ou pas?"

- "J'ai la tête qui éclate, j'voudrais seulement dormiiir. M'étendre sur l'asphalte et me laisser mouriiiiiiiiir" (Starmania, visionnaire de la gueule de bois)

- Entre le dernier shot dont je me souviens et mes deux mains qui s'accrochent désespérément à la lunette des WC, il s'est passé quoi?

- Pourquoi quand le soleil brille, ça fait mal aux yeux? (Jean-Claude Van Damme doit être en gueule de bois perpétuelle)

- Aïe. (j'ai mal au coeur)

- Régime + alcool = mauvaise association

- Je ne comprends pas. Je n'ai pas bu tant que ça.

- Quelqu'un a dû mettre quelque chose dans mon verre, je ne vois que ça.

- Je comate donc je suis (une heure trente que je fixe le coin du mur)

- Comment ça j'ai recommencé à fumer hier? C'est pas moi c'est l'alcool.

- Mon GSM, vite, faites que je n'aie pas envoyé de SMS haineux à mon ex, de SMS de quatre vérités à mes collègues, de déclarations d'amour et d'amitié à qui que ce soit. Ah... ben si. Punaise.

- Aïe. (j'ai mal aux cheveux)

- J'étais pas la plus saoule, d'abord, na. Je crois même qu'il me restait un semblant de dignité.

- "Qu'est-ce qui me fout la trouille, suffisamment pour que la nuit me dépouille... de ma raison...?" Rose, toi, tu es LA chanteuse qui a tout compris aux filles.

- "Chouchouuuuuu. Le lit bouuuuuuuuuuge!!!"

- Comment ça, j'ai dépensé mes septante euros de cash?

- Ma veste. Ma nouvelle veste. Je l'ai oubliée dans le bar. C'est pas vrai.

- C'est quoi mon problème?

- Chouchou arrête de rire quand tu me regardes. Ca résonne dans ma tête.

- Mais c'est quoi ces photos sur Facebook? Si je trouve l'imbécile qui a fait des photos cette nuit à mon insu... Tiens on dirait que je pose pourtant, bizarre...

- Comment ça, j'ai payé des tournées avec ma carte? (ne jamais prendre sa carte de crédit en soirée)

- Tu t'es vue quand t'as bu?

- Ma voiture. Je l'ai garée où? Ah donc en plus j'ai roulé...

- "Il faut tou-jours avoir de l'aspirine chez soi, et du Motilium. Tu as de l'aspirine dans ta pharmacie? Tu devrais, si un dimanche tu en as besoin et que tu n'en as pas..." (ma mère a parfois raison. Mais je n'aime pas m'en rendre compte aujourd'hui)

- Quand on est malade comme ça, on maigrit non?

- Aïe. (j'ai beau être matinale, j'ai mal)

- J'avais pas dit que je restais une heure?

- Qui êtes-vous et que faites-vous dans mon lit?

- Il est 11h42, on doit être chez mes parents dans 48 minutes, je vais me lever, je vais gérer. Enfin d'abord, je vais vomir. Il est 11h46. On a pas idée de faire des repas dominicaux le dimanche, c'est criminel. Il est 11h54. Je peux encore être à l'heure, je ferme les yeux trois minutes et je me lève. Il est 12h24... "Allo Papa, Julien a trop bu hier... Oui je sais il exagère. On se voit la semaine prochaine?"

- "Oh eh oh eh, capitaine abandonnéééé" Pitié, pas les flashes de la soirée; pas maintenant.

- Cette cuite-ci, je n'y survivrai pas. Et si cette fois, c'était une vraie cirrhose? La honte.

- Non mon coeur, ne me regarde pas. Je suis hideuse.

- "Scandaleuse à la soirée? Moi? Jamais! Je me souviens de tout" (ou presque)

- Il faut que je mange. Mais pour ça il faut que je bouge. Oui mais il faut que je mange. Oui mais alors je dois bouger. Okay, je dors encore un peu.

- Chuuuuuuuuuuuut... Arrêtez tous de crier. Vous à la télé. Vous dans la rue qui marchez. Vous baffles dans ma tête qui hurlez. Un peu de respect pour les gens qui ont veillé.

- Note pour plus tard: vin blanc + vin rouge + vodka + champagne + whisky + ? = mauvais mélange

- "Cette fois c'est décidé j'arrête tout. J'me pose, j'me couche tôt j'garde mes sous. Si j'ai un faible pour les alcools forts, peut-être disparaît-il si je dors?!" Rose, encore, toujours.

- C'est fini, je ne bois plus. Jamais. Et cette fois non seulement je le pense, mais je m'y tiens.

( Source : Annabel Claix de 7sur7.be )

16:47 Écrit par Dakeyne dans Info | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alcool, boisson, picole |  Facebook |

Sexe : Les chiffres étranges

media_xl_903635

Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes ont répandu des mythes concernant l'acte sexuel ou tout ce qui s'y rapportait. Nous vous proposons de revenir sur les plus étranges d'entre eux. Attention, films d'horreur, action.

Un vagin à dents

Pendant longtemps les hommes ont eu peur du vagin des femmes. Cette entrée secrète cachait-elle un monstre, une grande bouche pleine de dents? Les femmes pouvaient-elles leur couper le sexe d'une bouchée? Ce mythe nous vient des Grecs et se base sur l'idée que le corps de la femme est dangereux et cache de nombreux secrets. Les hommes risquaient donc la castration en cas de relation sexuelle avec une femme, de quoi calmer leurs ardeurs.

Mais le pénis présente lui aussi quelques dangers puisque d'après une auteure du Moyen-Âge, Hildegarde Von Bingen, le sexe de l'homme pouvait répandre un liquide vénéneux dont il valait mieux ne pas s'approcher.

Orgasme et sacrilège

Les Occidentaux ont toujours été particulièrement prudes en matière de sexe, ils étaient donc les champions pour inventer de nouvelles rumeurs capables d'effrayer les plus téméraires. Au début du 19e siècle, les docteurs mettaient en garde contre le sexe, qui était une activité dangereuse.

Au début, pourtant, il était conseillé aux hommes de stimuler le clitoris, mais dès 1830, les choses ont changé. Il était alors nécessaire que les femmes ne ressentent pas de plaisir durant la relation sexuelle, c'était malsain et l'orgasme était synonyme de douleur. Au lieu d'hurler son plaisir, la femme hurlait en réalité sa souffrance ou pire si elle prenait du plaisir pendant l'acte, c'est que son âme était perdue et dédiée à l'enfer.

La masturbation mène à la ménopause
Les femmes protestantes ne pouvaient quant à elles pas se plaindre de leur ménopause. En effet, il était courant de dire que la ménopause était le résultat de la masturbation durant la jeunesse. De quoi se taire pour éviter d'être accusée des pires horreurs.

Pour l'église catholique aussi la masturbation était perçue comme une activité maléfique. Elle pouvait rendre fou et causer des épidémies de peste ou conduire à la mort. Elle pouvait aussi endommager votre système nerveux de manière irréversible.

Les machines à coudre rendent lesbiennes

Dès que les machines à coudre mécaniques sont arrivées sur le marché, certains y ont vu un objet du mal. Certaines femmes auraient ressenti un orgasme à force de bouger leur pied en cadence. Les docteurs ont donc déclaré que ces machines étaient mauvaises pour la santé et... qu'elles transformaient les femmes en lesbiennes. Ni plus, ni moins.

Nez

Un médecin allemand aurait également annoncé qu'il existe un lien direct entre le nez et les organes sexuelles. Les problèmes de menstruations des femmes seraient en réalité en rapport direct avec leur nez. Heureusement, ces symptômes pouvaient être soignés - d'après Sigmund Freud - en sniffant de la cocaïne. Règles douloureuses ou droguée, il fallait donc choisir.

( Source : 7sur7.be )

08:01 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, couple, sexe, sex, chiffre |  Facebook |

27/04/2009

Avoir un ami gay ...

media_xl_903505

Si on sort des sentiers battus et bien trop clichés de la gay pride, l'homosexualité rentre de plus en plus dans les moeurs. Et on a quasiment toutes, dans notre entourage, un couple d'amis ou un pote gay. Alors certes, un homme qui aime les hommes, cela prête parfois à rire, cela bouscule souvent nos habitudes et les grands principes de notre éducation.

Mais celles qui arrivent à passer au-dessus de leurs préjugés et du quand dira-t-on peuvent vraiment trouver, auprès d'un nouvel ami gay, une relation hors du commun et de nouvelles perspectives dans l'amitié. Alors en quelques mots, pourquoi avoir un ami gay?

1. il partage notre goût pour les hommes

Autant nos copines et nous, on n'a pas tout le temps les mêmes goûts, notre copain gay, lui au moins, il sait ce qu'est un apollon, un vrai. Et en général il connaît tous les mecs les plus sex des environs ou des tabloïds. Quoi de plus drôle que de commenter le corps athlétique d'un beau mâle avec un autre homme? Il ne ressent point de compétition avec l'autre, il ne voit en lui que ce que nous voyons aussi: l'objet d'une attirance certaine.

Avec lui on peut parler librement fesses sexy, cheveux sensuels, sourire ravageur et yeux pleins de charme, il nous comprend! Mieux que les copines, il décèlera le charme que nous attribuons à notre partenaire. Il ne l'attaquera pas d'un vil "Je vois pas ce que tu lui trouves", comme certaines amies oseraient nous lancer sur un ton un brin méprisant ou assassin. Et on lui sait gré de ne pas nous couper les ailes en plein vol ou de ne pas diminuer notre bonheur. L'amitié, c'est ça aussi.

2. entre lui et nous, pas de jalousie
L'avantage avec le copain gay c'est que, très égoïstement parlant, il ne peut pas s'attaquer aux mêmes étalons que nous. Si on est désolées pour lui de ne pas avoir autant de "choix" que nous sur le marché des hommes célibataires, on est certaines au moins de ne pas nous disputer le même coco. Et par expérience, car cela nous est toutes arrivées au moins une fois avec nos copines, il n'y a rien de pire que se déchirer pour un mec.

Evidemment on peut toujours voir le mal partout, et jouer la paranoïa en pensant à la série Clara Sheller, où Zoé Félix se fait piquer son mec un soir de déprime par son meilleur ami homo. Le scénario reste peu plausible, et si tel était le cas, c'est que notre chéri avait déjà un penchant pour la gent masculine, soyons lucides. Et en matière de jalousie, cela a trait aussi au physique. Par exemple: jamais le copain gay ne nous enviera notre jolie poitrine ou nos jolies fesses. Il nous complimentera et sera juste ravi de nous voir à notre avantage après une nouvelle coupe chez le coiffeur et saura même nous dire sans amertume quand il a l'impression qu'un joli garçon nous regarde. Et ça, ça vaut de l'or.

3. son côté fashion nous enchante

Le copain gay, sans se mouiller trop dans les lieux communs, aime ce qui est beau. Il a un don pour agencer les couleurs, les matières, pour dénicher les nouveaux talents du stylisme et du design, ou en tout cas pour savoir décorer son intérieur avec goût, finesse, élégance. Il est on ne peut plus au fait des choses en matière d'art et de mode. Il connaît souvent même mieux que nous les dernières nouveautés vantées dans les magazines de mode et les boutiques branchées incontournables.

Il nous conseille allègrement, nous aide à oser trouver notre propre style. Avec lui à nos côtés, on assume tout, car il nous encourage et ne nous descend jamais gratuitement. Par contre, en cas de fashion faux pas, il nous arrête à temps. Il nous trouve l'accessoire qui tue, sait ce qui nous met en valeur. Et le milieu gay étant maître en tant qu'organisateur des soirées ou pour dénicher les "places to be", grâce à notre pote homo on est de toutes les vraies bonnes soirées. Un statut vip en soi, seul lui sait comment. On a découvert le dernier sushi bar tendance avant les autres. On est sur les photos des magazines qui épinglent les têtes dans toutes les plus belles soirées. Ca, c'est être "public relations".

4. il a une ouverture d'esprit hors du commun
A un meilleur ami gay, on peut tout raconter. Ruer dans les brancards, ça le connaît. Il a fait son coming out? Il sait ce que c'est que d'avoir sur le bout des lèvres une vérité difficile à prononcer. Il n'a jamais osé avouer à sa famille proche son homosexualité? Alors il comprendra que vous ayez sur le coeur un secret trop lourd à porter. Le copain gay a sauté bien des obstacles, a bravé bien des préjugés. Les a priori, il en a trop souffert pour en avoir avec vous.

Vous pouvez tout lui confier, il ne jugera pas gratuitement. Il sait souvent aussi ce que c'est de suivre son coeur et de préférer ses sentiments à l'opinion publique. Question sexe aussi, il a moins de tabous que nous. C'est le confident idéal pour tous nos petits tracas sur "la chose". Pour le choquer, on peut déjà y aller franco. Et pouvoir rester soi, sans retenue, sans gêne, sans crainte, ça soulage et ça donne encore plus envie de passer du temps avec lui, et de l'écouter. Etre face à quelqu'un qui assume ce qu'il est, ça nous empêche d'avoir à changer ce qu'on est. Et par les temps qui courent, cela fait de notre amitié une relation précieuse.

5. il connaît souvent très bien les hommes

Eh oui, l'ami gay a beau jouer les bonnes copines, il demeure un homme, un vrai. Avec ce petit truc entre les jambes qui fait qu'il en sait plus que nous dans un certain domaine. En matière de plaisir, pour celles qui osent aborder le sujet avec lui, l'ami homosexuel aura beaucoup à leur apprendre. Sans la connotation "attends je vais te montrer" qu'il y aurait dans n'importe quelle conversation avec un homme hétéro. Et la sensibilité en plus.

De plus, le pote gay a le don de dédramatiser et de faire parler son expérience. Même si on a quelques copines très averties sur la question, nul n'est plus aguerri sur le plaisir masculin... qu'un homme lui-même. Et en matière de relation affective et non de sexe, le copain homo en connaît aussi un rayon, car avant - et même après - de se déclarer gay, il a également beaucoup fréquenté ses congénères masculins hétéros et entendu leurs conversations incognito.

6. il comprend nos petites manies de filles
Un copain gay, ça allie les bons côtés des filles et certains bons côtés des garçons. Mais surtout ça nous évite les mauvais côtés des mecs. En plus de comprendre notre folies des escarpins, bottes, sandales, talons aiguilles et autres, il souffre sans sourciller nos conversations de filles sans souffler d'un air exaspéré. Mieux, il participe au lieu de grincher. Même si c'est pour un peu se moquer, il ne s'amuse pas à nous humilier.

Puis surtout, il comprendra que certaines petites choses nous révoltent. Comme nous, il aime que la salle de bains soit propre, que le linge sale regagne le panier, que le lit soit fait, et les bienfaits d'un after-shave subtil. Comme nous, il aime qu'une table soit bien dressée, que des bacs de fleurs viennent égayer son balcon et qu'une amitié soit sans aucune équivoque ni obscurité. Et sans conteste, c'est son gros point fort. L'ami homme a certes beaucoup de qualités, mais avec l'ami gay, c'est sûr, c'est sans aucune ambiguïté.

18:38 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gay, sexe, ami |  Facebook |

24/04/2009

Je n'ai plus envie de lui ... Pourquoi ?

media_l_902084

Beaucoup de femmes ont du mal ou honte de l'admettre, mais elles ne désirent plus leur compagnon, purement et simplement. Et avant d'aborder la question avec l'homme qui partage leur vie, elles hésitent souvent longtemps à prendre la parole pour la simple et bonne raison... qu'elles ne savent pas pourquoi. Ou bien parce qu'elles ont du mal à accepter une raison qu'elles ressentent déjà, mais qu'elles refoulent par culpabilité. Et si on déminait l'affaire?

1. La routine
Il s'agit sans doute de la raison la plus courante dans les couples après quelques années de relation. Ne nous leurrons pas, la passion des débuts a fait place aux douces petites habitudes à deux qui se sont transormées en routine pure et dure. On travaille, on rentre avec du boulot à la maison, on parle des factures, on essaie de calmer les enfants qui sont déchaînés, on se bat pour savoir qui des deux va se forcer à leur faire faire leurs devoirs, on noie sa journée dans un verre de vin de trop ou on se réconforte avec un souper bien riche, pour terminer devant trois épisodes des Experts.

Rien dans la vie de couple en soi, dans le quotidien, ne prédispose à entretenir une vie sexuelle épanouie et n'encourage la libido, que du contraire. D'où l'intérêt de forcer un peu le destin, de se mettre (et de mettre l'autre dans l'ambiance), de se ménager des moments rien qu'à deux dans une atmosphère propice à la bagatelle. Un homme pense souvent à tort que sa femme lui demande de rester auprès d'elle, de "faire des choses ensemble" parce qu'elle est exclusive ou qu'elle a besoin d'attention. Mais il est souvent à côté de la plaque, car c'est sa façon à elle d'exprimer "Ne nous éloignons pas trop l'un de l'autre physiquement". Avant que le désir de l'autre ne s'en aille.

2. Une raison médicale
A la différence de l'homme, le désir et le plaisir féminins sont des données extrêmement psychologiques. Mais des raisons purement médicales peuvent également troubler la libido de la femme. Une pilule mal adaptée, un cycle instable, un stérilet, l'approche de la ménopause, autant de raisons de voir nos hormones perturbées et nous jouer des tours. En cas de changement trop radical de votre désir après un changement de traitement hormonal par exemple, prévenez votre médecin ou gynécologue. Il saura vous dire si un traitement de substitution est possible afin de régler le problème.

Autre aspect physique qui peut rebuter tout désir de faire l'amour: des douleurs pendant les rapports. Leur origine peut être multiple. Il s'agit parfois de douleurs mécaniques (quand la taille du sexe de l'homme est vraiment importante, les chocs peuvent être douloureux), ou physiologiques (un utérus rétroversé, les ligaments sacro-utérins trop tendus). Il peut aussi s'agir de vaginisme, soit un refus de votre corps d'accepter la pénétration, d'où des douleurs lancinantes. En général vous aurez donc toujours connu le problème.

N'attendez plus pour en parler à votre gynécologue, car beaucoup de solutions existent, d'un suivi psychologique à des exercices pour détendre les muscles du vagin en passant par des interventions chirurgicales simples, rapides et efficaces. Brisez le tabou. Si les douleurs sont apparues récemment, consultez de toute urgence un gynéco, car vous souffrez peut-être d'une MST ou d'un autre problème gynécologique grave. Ne traînez pas!

3. Votre homme se laisse aller
Il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud. Aujourd'hui, il est toujours grand, mais vous le voyez plus souvent affalé devant la télé que planté devant vous, les abdos contractés. Oui ces mêmes tablettes de chocolat qui il fut un temps, vous rendaient folle de lui et de son corps. Elles ne sont plus qu'un lointain souvenir, et vous ne lui en portez pas particulièrement grief... Après tout c'est vous qui l'avez sermonné parce qu'il passait trop de temps au foot ou parce que vous en aviez ras le bol qu'il parte faire de la gonflette à l'heure du souper. Et puis vous avez entretenu son bidon aussi, à lui concoter des petits plats ou à trop flancher pour un fast-food ou des frites le dimanche soir. D'ailleurs ce n'est pas votre cellulite qui dira le contraire...

Vous avez envie de le voir reprendre un peu soin de lui, vous charmer et vous séduire? Vous avez raison, et faites de même car l'attirance aussi, cela s'entretient. Et une fois qu'elle s'est évanouie, elle est infiniment plus difficile à récupérer. Alors commencez par faire attention à votre apparence, vous vous sentirez déjà plus belle et désirable. Cela donnera envie à votre chéri de faire comme vous, et à vous rendre dès lors à nouveau désirante... Et s'il ne "tilte" pas, parlez-lui, l'intérêt de la conversation (soyez claire: plus de sexe) ne le laissera pas de glace. Une libido, ça se crée, ça se vit et se construit à deux...

4. Vos sentiments ont changé

Après avoir examiné ces trois premiers points, vous réalisez qu'ils ne sont en gros pas un problème pour vous. Ou qu'après avoir combiné tous les efforts dans ce sens, rien n'y fait, vous ne le désirez toujours pas. La grande question est alors de savoir ce qui a créé cette rupture de l'envie en vous. Si vous ne voyez aucune raison objective, pensez à commencer un travail sur vous-même, pour trouver l'origine de votre chute de libido...

Si c'est le temps qui a passé, les crises, la distance qui s'est trop installée, l'indifférence ou le bon copinage ou la simple cohabitation qui règnent entre votre compagnon et vous... peut-être est-il temps de remettre votre couple en question. Si votre envie de vous envoyer en l'air ne vous a pas quittée, mais a disons trop changé de "cible", vous savez au moins que vous n'avez pas de blocage ou de problème sexuel personnel, c'est quand même une bonne nouvelle.

Mais quand l'amitié, la simple tendresse (aussi grande soit-elle) s'empare du couple, c'est la porte ouverte aux dérapages ou à plus de distance encore entre les partenaires. Et qui pourrait vous en vouloir que votre libido dégringole? On n'a pas envie de faire l'amour avec celui que l'on considère plus comme notre frère ou notre meilleur ami que notre amant...

Dans ce cas, posez-vous les vraies, bonnes questions et ne niez pas l'existence de votre problème. Ne vous enfermez pas dans la culpabilité ou le déni de l'importance de la sexualité. Fini de reporter, vous avez encore la vie devant vous, il serait dommage de ne pas en profiter pleinement. Alors ne vous oubliez pas et dites-vous que c'est peut-être tout simplement un signe que tout fonctionne bien: votre coeur fait encore parler votre psychisme et votre corps...


Un article de Annabel Claix sur 7sur7.be 

17:16 Écrit par Dakeyne dans Sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe, sex, couple, homme, envie, femme |  Facebook |